Expo : Des manuscrits historiques rescapés de Tombouctou

Julien Helmlinger - 18.12.2014

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Exposition - Manuscrits - Palais des Beaux Arts - Bruxelles


Du 19 décembre au 22 février prochains, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar) sont exposés 16 manuscrits anciens, rescapés de Tombouctou et figurant au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Alors que les djihadistes menaçaient de s'en prendre au patrimoine culturel hébergé au Mali, une opération de sauvetage culturel, menée en 2012 par Abdel Kader Haidara, expert, les avait mis en sécurité à Bamako, hors de portée des djihadistes.

 

Crédits : Bozar 

 

 

Ces livres, qui donnent lieu à l'exposition Tumbuktu Renaissance, datent des XVe et XVIe siècles, apogée de la ville qui jouissait alors d'une réputation de centre islamique du savoir et lieu phare de culture et de tolérance. Ils traitent de l'histoire de l'Afrique, de sciences, mathématiques et chimie, de politiques ou encore de droit. Ils étaient conservés dans diverses bibliothèques familiales et collections privées.

 

Mais tandis que les rebelles menaçaient la ville et son patrimoine culturel en 2012, le directeur d'une bibliothèque familiale locale, Abdel Kader Haidara, a organisé une opération de sauvetage. les insurgés islamistes se sont emparés de Tombouctou, en faisant bien des dégâts, mais l'expert a secrètement aidé un groupe à extraire de précieux ouvrages vers la capitale Bamako.

 

Interrogé par la BBC l'an dernier, Abdel Kader Haidara avait expliqué avoir demandé l'aide de 35 familles locales afin d'évacuer nombre de manuscrits menacés, par voitures, chariots et canoës, en les dissimulant sous des boîtes de fruits et légumes, avant de les héberger chez des particuliers. Selon l'historienne d'art Julie Chaizemartin, il s'agirait d'une des plus vastes opérations de sauvetage culturel de ce type. Les djihadistes quant à eux n'ont pas manqué de mettre le feu à certaines bibliothèques.

 


 

 

Alors que le patrimoine culturel et historique est souvent menacé à l'occasion des conflits armés du moment, comme en Syrie, au Liban, en Irak ou encore en Afghanistan, cette exposition à Bruxelles doit non seulement pouvoir permettre aux passionnés de jeter un œil à ces quelques manuscrits, mais aussi de ne pas oublier que d'autres restent menacés de destruction.

 

Les aventures traversées par ces livres anciens sélectionnés sont présentées en trois langues, français, néerlandais et anglais. Ce récit est complété par l'exposition de photographies de manuscrits, de l'architecture de la ville et des écoles coraniques locales. L'expo bénéficie du soutien du ministère de la Culture du Mali et du Prix Aga Khan d'Architecture.

 

Accessible au public du mardi au jeudi de 10 h à 18 h avec une nocturne le jeudi jusqu'à 21 h. L'expo est en entrée libre.