medias

Exposition du Louvre à Fukushima : critiques sur un projet "radioactif"

- 13.01.2012

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Louvre - Exposition - Fukushima


Le musée du Louvre a décidé d'organiser une exposition temporaire dans la région de Fukushima, intitulée « Rencontre, amour, amitié, solidarité dans les collections du Louvre », à partir du 27 avril. Un projet qui a suscité de nombreuses critiques de la part de spécialistes, relayées par la revue La Tribune de l'Art.

 

Sont dénoncés une possible incohérence dans ce choix solidaire (d'autres pays sont dans la tourmente, Haïti, Irak,...) et le risque de contamination des 23 œuvres prêtées. Celles-ci doivent bientôt être présentées à la commission des prêts des musées de France ayant déjà rendu un avis positif en décembre.

 

 

Contacté par France Inter suite à ces critiques, le Louvre a refusé de répondre aux questions des journalistes. Ni commentaires ni transparence absolue envers tous les médias de la part de cette institution culturelle publique. Dommage.

 

Cependant, le musée a déclaré à l'AFP avoir demandé aux musées japonais de lui communiquer la radioactivité des bâtiments des villes. Il a expliqué que les caisses contenant les œuvres seraient déchargées à l'intérieur du musée uniquement et placées sous vitrine étanche.

 

Élément de réponse plus investigatifs sur ce projet curieux. Selon la journaliste d'Europe 1, Bérengère Bronte, le Louvre aurait subi des pressions de la part de Jacques Chirac pour prêter au Japon La Victoire de Samothrace, explique le journaliste Daniel Scneidermann dans un papier publié sur rue 89.

 

De plus, selon la RTBF, une personne travaillant à la direction des musées de France aurait affirmé que la France souhaite avant tout obtenir le marché de la décontamination du site de Fukushima.