Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Fanny Ardant et Depardieu passent du Divan de Staline à La grande librairie

Cécile Mazin - 27.12.2016

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - La grande librairie - Busnel Depardieu Ardant - le divan de staline


Coup double pour La grande librairie de François Busnel, qui s’offre un plateau de stars, avec Gérard Depardieu et Fanny Ardant, invités pour la sortie du film Le Divan de Staline. Réalisée par l’actrice, l’œuvre est elle-même inspirée du roman de Jean-Daniel Baltassat. Depardieu en Petit père des peuples...

 

 

 

LGL, de son petit nom, diffusera donc ce 5 janvier une émission consacrée à l’adaptation du roman paru au Seuil en 2013. Depardieu y joue aux côtés d’Emmanuelle Seigner. 

 

Staline, un Staline qui n’a plus que trois ans à vivre se retire quelques jours dans sa Géorgie natale. La Vodieva, sa maîtresse de longue date, le rejoint dans le palais décadent où il s’est installé. Elle est accompagnée d’un jeune peintre qu’elle protège. Ce Danilov, prodige du réalisme socialiste, a conçu une œuvre inouïe pour célébrer la glorieuse éternité du Petit Père des peuples.

 

L’occasion également pour Depardieu et Ardant de parler de leur passion pour le livre et l’écrit – on découvrira la passion assumée de la réalisatrice pour Marguerite Duras et Viriginie Despentes. Cette troisième réalisation de l’actrice porte également une nouvelle collaboration avec Depardieu, dont Fanny Ardant a déjà éprouvé le jeu à plusieurs reprises. Et ce, bien entendu, en compagnie d'autres écrivains.

 

Le film porte un accent particulier à certains aspects du livre : 

 

Staline vient se reposer trois jours dans un château au milieu de la forêt. Il est accompagné de sa maîtresse de longue date, Lidia. Dans le bureau où il dort, il y a un divan qui ressemble à celui de Freud à Londres. Il propose à Lidia de jouer au jeu de la psychanalyse, la nuit. Durant le jour, un jeune peintre, Danilov attend d’être reçu par Staline pour lui présenter le monument d’éternité qu’il a conçu à sa gloire. Un rapport trouble, dangereux et pervers se lie entre les trois. L’enjeu est de survivre à la peur et à la trahison.

 

 

Et la bande-annonce reste pleine de promesses.

 


Pour approfondir

Editeur : Seuil
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782021116700

Le divan de Staline

de Jean-Daniel Baltassat

Staline, un Staline qui n'a plus que trois ans à vivre, se retire quelques jours dans sa Géorgie natale. La Vodieva, sa maîtresse de longue date, le rejoint dans le palais décadent où il s'est installé. Elle est accompagnée d'un jeune peintre qu'elle protège. Ce Danilov, prodige du réalisme socialiste, a conçu une oeuvre inouïe pour célébrer la glorieuse éternité du Petit Père des peuples. Rien, bien sûr, ne se passe pour lui comme prévu. Nuits d'insomnies, interrogatoires infinis, infinie attente. Allongé sur un divan étrangement identique à celui de Freud, Staline joue avec les fantômes qui hantent ses rêves : sa mère, son épouse suicidée, ses années de Sibérie et Lénine, le plus grand des pères menteurs. Autour de celui qui ne tremble jamais, il n'y a que terreur, soumissions, impitoyable cruauté : son véritable monument d'éternité. Staline connaît-il la vérité de Staline ? Qui la connaitra jamais ? Jean Daniel Baltassat l'approche en romancier, avec une remarquable puissance d'évocation où l'imagination prend le relai de la vérité historique. C'est saisissant.

J'achète ce livre grand format à 20 €