medias

Fanny Ardant, Isabelle Adjani : changer la BnF en Bibliothèque parlante

Victor De Sepausy - 21.04.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - Bnf Bibliothèque parlante - Fanny Ardant - Isabelle Adjani


Pour la première édition de son festival, la BnF ouvre grand ses portes les 20 et 21 mai et donne la parole aux livres afin de célébrer, à voix haute, les textes, les savoirs, les idées. L’espace d’un week-end, la BnF se transforme en « Bibliothèque parlante ».
 

BnF - Bibliothèque nationale de France
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 


L’occasion pour le public de la découvrir à travers de grandes voix - Isabelle Adjani, Fanny Ardant, Amira Casar ou encore Denis Lavant et Bruno Putzulu -, et de l’investir sous de nouvelles formes, à l’écoute de grands textes ou en prenant part à de nombreuses activités, pour tous les goûts et à tous âges !

 

Grands lecteurs, grandes lectures, grands textes

 

sabelle Adjani, Fanny Ardant, Nicolas Bouchaud, Marcel Bozonnet, Amira Casar, Nicolas Comment, Julie Gayet, Denis Lavant, Robert Lepage, Micha Lescot, René Loyon, Alberto Manguel, Bruno Putzulu : comédiens, auteurs et artistes viendront partager, le temps d’une lecture ou d’une rencontre, leur amour de la littérature et des mots. Ils feront entendre les voix de Duras, Michelet, Gary…

En écho à ces propositions, hôtes d’un étonnant grenier de la mémoire, les archives sonores de la BnF permettront, lors d’une sieste littéraire organisée sur les transats de la terrasse, de retrouver les plus grandes voix du XXe siècle : Guillaume Apollinaire, Albert Camus, Jean Cocteau, Marguerite Duras, Nathalie Sarraute… Telles qu’elles ont été enregistrées, telles qu’elles nous sont parvenues.

 

Pour tous les goûts, sous toutes les formes

 

Assister à « Proust en une heure » avec Véronique Aubouy ou entendre les textes de Louise Labbé déclamés en français Renaissance par Isabelle Fournier, se retrouver en 1933 à Berlin avec la voix de René Loyon ou déambuler dans les espaces inconnus de la Bibliothèque avec « L’homme livre » Denis Lavant ; du slam à la mélodie française, du récit historique à la fiction narrative ou à la rhétorique, jusqu’à la poésie la plus contemporaine où l’acoustique se frotte à l’électronique ; avec la compagnie Les Livreurs ou la compagnie Tonne ; avec les élèves du conservatoire national de musique et de danse ou ceux du conservatoire national d’Art dramatique : tous les domaines seront abordés, sous forme de joutes, de jeux d’improvisation, de déambulations, de déclamations, ou en mêlant la lecture et le chant. Autant de chemins à emprunter, tout au long du week-end, vers le plaisir de la lecture.

Les enfants aussi seront les bienvenus, pour une heure de contes, des ateliers ou un goûter philosophique. France Inter, partenaire du festival, sera présent au cours de ces deux journées à la BnF. Les émissions de Jean-Claude Ameisen, «Sur les épaules de Darwin», et de François-Régis Gaudry, «On va déguster», se dérouleront le samedi matin en public dans le hall de la Bibliothèque.

 

Visiter et être acteur en découvrant la BnF autrement

 

Au cours de ces deux jours de festival, le visiteur sera invité à se confronter aux mots avec les jeux littéraires de l’Oulipo et les interventions de la Ligue d’improvisation.

 

Dans le cadre de masterclass de lecture, chacun pourra s’exercer devant une audience, avec les conseils de comédiens. Lecteurs, passants et visiteurs pourront se saisir d’un moment de lecture à voix haute sur une scène, au « café des globes », ou selon le principe du « speaker corner » sur l’esplanade de la BnF. Esplanade qui sera par ailleurs l’espace d’un week-end lieu de découverte gastronomique avec l’installation de plusieurs food trucks proposant des produits artisanaux.

Au fil des visites, ponctuées par des lectures de textes, le public pourra également découvrir les coulisses et les arrières salles du bâtiment, le « belvédère », les mystères du « transport automatisé des documents » (T.A.D.) et les secrets de la « rue intérieure ».