Fernando Aramburu, prix Strega Europeo 2018 pour Patria, livre sur l'ETA

Nicolas Gary - 14.05.2018

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Fernando Aramburu Turin - Premio Strega Europeo - dissolution ETA Espagne


#SalTo18 – Le Prix Strega, ou Premio Strega, est l’équivalent en Italie du prix Goncourt en France. Depuis cinq ans maintenant, une nouvelle corde a été ajoutée à cet arc de récompenses : il Premio Strega Europeo. Ce dernier a été remis lors du Salon du livre de Turin. 



Fernando Aramburu, au micro – crédit Salon del libro
 

 

C’est l’auteur espagnol Fernando Aramburu qui a été primé, pour son roman Patria, traduit par Bruno Arpaia. C’est en 2014, alors que l’Italie occupait la présidence du Conseil de l’Europe, que le prix a été créé. Il est doté d’un montant de 3000 € pour l’auteur et 1500 € pour son ou sa traductrice. Il porte sur des livres d’écrivains européens, traduits en italien. 

 

Si le prix se défend de toute implication politique, on notera que cette récompense résonne toutefois très fortement avec l’actualité en Espagne. En effet, le 3 mai dernier, l’ETA, au cœur du roman, a annoncé officiellement sa dissolution. 
 

Le livre a été publié aux éditions Actes Sud en mars dernier, traduit par Claude Bleton. 

 

Lâchée à l’entrée du cimetière par le bus de la ligne 9, Bittori remonte la travée centrale, haletant sous un épais manteau noir, bien trop chaud pour la saison. Afficher des couleurs serait manquer de respect envers les morts. Parvenue devant la pierre tombale, la voilà prête à annoncer au Txato, son mari défunt, les deux grandes nouvelles du jour : les nationalistes de l’ETA ont décidé de ne plus tuer, et elle de rentrer au village, près de San Sebastián, où a vécu sa famille et où son époux a été assassiné pour avoir tardé à acquitter l’impôt révolutionnaire. 

Ce même village où habite toujours Miren, l’âme sœur d’autrefois, de l’époque où le fils aîné de celle-ci, activiste incarcéré, n’avait pas encore de sang sur les mains — y compris, peut-être, le sang du Txato. Or le retour de la vieille femme va ébranler l’équilibre de la bourgade, mise en coupe réglée par l’organisation terroriste. Des années de plomb du post-franquisme jusqu’à la fin de la lutte armée, Patria s’attache au quotidien de deux familles séparées par le conflit fratricide, pour examiner une criminalité à hauteur d’homme, tendre un implacable miroir à ceux qui la pratiquent et à ceux qui la subissent. 

L’ETA vient de déposer les armes, mais pour tous une nouvelle guerre commence : celle du pardon et de l’oubli.

 

 

En compétition, on retrouvait également

  • Olivier GuezLa scomparsa di Josef Mengele (Neri Pozza), traduit par Margherita Botto Prix Renaudot 2017, France
  • Lisa McInerneyPeccati gloriosi (Bompiani), traduit par Marco Drago Baileys Women’s Prize 2016, Irlande
  • Auður Ava ÓlafsdóttirHotel Silence (Einaudi), traduit par Stefano Rosatti Icelandic Literature Prize 2016, Islande
  • Lize SpitSi scioglie (E/O), traduit par David Santoro Nederlandse Boekhandelsprijs 2017, Belgique

 

Fernando Aramburu est né à San Sebastián dans le pays Basque en 1959. Il est désormais un auteur installé dans le paysage espagnol. En 2016, Annie Ernaux, très appréciée en Italie, avait remporté le prix Strega Europeo. 

 

 

Fernando Aramburu, trad. Claude Bleton. – Patria – Actes Sud – 9782330096649 – 25 €
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Actes Sud
Genre :
Total pages :
Traducteur : claude bleton
ISBN : 9782330096649

Patria

de Fernando Aramburu

Véritable phénomène de société en Espagne (plus de 600.000 ex. vendus), Patria y a été qualifié de “Guerre et Paix du Pays basque” par une partie de la presse. Tandis qu’il a excédé les séparatistes radicaux. À travers l’histoire de deux familles très unies séparées par le “conflit”, Fernando Aramburu explore sur près de quarante ans – des années de plomb du post franquisme jusqu’en 2011, quand l’ETA dépose les armes –, la douleur d'une population prise en otage par l’Histoire qui transforme potentiellement chacun en traître.Constitué d’une centaine de courts chapitres qui ressemblent à des contes, le roman possède une chronologie plus émotive que temporelle mais le “chaos” est magistralement ordonné pour que la fiction littéraire puisse aider à comprendre la vérité d’une époque.

J'achète ce livre grand format à 25 €

J'achète ce livre numérique à 21.59...77324573.................09........1......