Festival BD Angoulême : D'Otomo à Hugo Pratt, la 43e édition dévoilée

Julie Torterolo - 15.12.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - Festival d'Angoulême - Bande dessinée - 43 édition


Ce 15 décembre avait lieu la présentation officielle de la 43e édition du Festival International de la Bande Dessinée. Entre les planches inédites de Morris et d'Hugo Pratt, ce sera alors bien l’Asie qui sera à l’honneur du 28 au 31 janvier prochain. Quelques nouveautés ont fait leur apparition, malgré une vraie-fausse coupe du budget : un quartier Asie viendra donner toute sa dimension internationale au Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême qui fait également partie cette année Du grand Tour, agenda culturel lancé par Laurent Fabius.

 



Considéré comme attractif culturellement, le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême fait désormais partie de l’agenda culturel composé d’une trentaine d’étapes qui se dérouleront en France entre janvier et juillet 2016. Dénommé, le Grand Tour, l’agenda entend « révéler et illustrer l’attractivité culturelle française sur l’ensemble du territoire, la valoriser et la dynamiser ». Sous l’impulsion du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, c’est Olivier Poivre d’Arvor, chargé de la mission, qui a choisi d'insérer le festival dans le programme. 

 

Cette 43e édition mettra alors à l’honneur deux artistes : Morris, avec les 70 ans de Lucky Luke, et Katsuhiro Otomo, et avec lui manga et bande dessinée asiatique. 

 

Mais c’est avant tout les attaques terroristes qui ont touché la France qui donna l’occasion de rappeler toute l’importance d’un tel événement : « De Charlie au Bataclan, l’année 2015 restera douloureuse en nos mémoires. Ces dernières semaines, il y a plus été question de sécurité que de Culture. Pendant la 43e édition du Festival, grâce au soutien des partenaires institutionnels, privés, médias, grâce aux éditeurs du SNE, SEA, aux auteurs et au public, donnons nous l’opportunité de célébrer cette foisonnante diversité culturelle générée par le 9e art. Nous vous invitons à Angoulême pour y réfléchir, discuter, rire, plaisanter, regarder, échanger, et surtout, pour notre sécurité intellectuelle et affective partager l’idée que la culture survivra toujours à la violence », a déclaré Patrick Ausou, président de l’association du festival. 

 

Olivier Poivre d’Arvor présente le Grand Tour

 

Katsuhiro Otomo, invité d’honneur

 

Comme le veut la coutume, le Grand Prix du Festival d’Angoulême de l’année précédente est invité d’honneur. Cette année, c’est alors au tour de Katsuhiro Otomo de tenir une place centrale dans cette 43e édition. C’est ainsi à lui que l’on doit l’affiche de l’événement, un lavis mélangeant peinture classique japonaise et culture pop. 

 

D’habitude très discret, l’auteur de la série culte Akira ira directement au contact des festivaliers : d’abord présent lors à l’inauguration, le mangaka jouera le jeu d’une rencontre au théâtre avec les festivaliers le samedi 30 janvier à partir de 14 h (les places seront dès lors payantes). « Une session de deux heures trente au cours desquelles Otomo, selon son propre vœu, dévoilera les coulisses de la création d’Akira », précise le Festival. Et l’auteur a promis une surprise, « une marque de gratitude pour le public qui fut le premier, dans le monde occidental, à s’enflammer pour son travail. »

 

Une exposition hommage à Katsuhiro Otomo se tiendra également au Théatre d’Angoulême. En partenariat avec la galerie Glénat, 42 auteurs de tous horizons ont en effet tenu à réaliser diverses œuvres afin de mettre à l’honneur « le maître du manga ». 

 

Petit plus : la moto chevauchée par Kenado dans Akira, devenue réelle, trônera dans le quartier Asie du Festival. Fabriquée au Japon par des admirateurs d’Otomo, la moto arrive tout droit de Fukuoka (Japon) et sera accessible sous forme d’un « photo Call ». Suite aux attentats du 13 novembre dernier, le mangaka a d’ailleurs souhaité que les recettes du stand soient reversées à association caritative venant aux aides aux victimes et familles des victimes. 

 

La moto tirée d'Akura sera au Quartier Asie

 

Lucky Luke et Hugo Pratt auront leurs expositions 

 

Pour les 70 ans de Lucky Luke, Morris aura le droit à son exposition. En partenariat avec Lucky Comics, l’événement présentera plus de 150 planches et dessins originaux de Morris. Ce sera ensuite au tour d’Hugo Pratt de recevoir les honneurs. « Les visiteurs du Festival sont invités à un tour d’horizon de l’univers d’Hugo Pratt et à découvrir comment l’auteur italien a façonné son œuvre par un contact de tous les instants avec de nombreuses formes de littérature », présente ainsi le Festival. 

 

D’une exposition Lastman : Universe, série récompensée en 2015, au projet collectif interDuck présentant des chefs-d'œuvre de l’histoire revisités, ce sont 8 autres expositions qui viendront s’ajouter à celles de Morris et Pratt. 

 

Planche de Lucky Luke de Morris

 

L’Asie à l’honneur 

 

En plus de deux expositions sur l’auteur chinois de bande dessinée Li Chi Tak et le magazine de manga HiBaNa, un quartier d’Asie prendra ainsi place dans le festival. Moto d’Akira, weebtoons coréens, bande dessinée taiwanaise seront au programme. Le tout agrémenté d’un forum d’animation permanente par Game One et J-One. 

 

Quartier jeune public et nouvelle création seront de nouveau au rendez-vous. Concernant les innovations, on pourra y retrouver l’exposition Shapereader, initiative de l’artiste grec Ilan Manouach, présentant des bandes dessinées innovantes pour malvoyants. 

 

De même, les festivaliers retrouveront les spectacles dessinés, rencontre avec les auteurs et projection de films comme Paul à Québec. 

 

Du côté des prix, la compétition officielle 2016 reviendra avec 9 prix dénommés les Fauces d’Angoulême : on y retrouve notamment la Sélection officielle, la sélection Polar de la SNCF, La sélection Patrimoine, la sélection Jeunesse. Les lauréats seront annoncés à la cérémonie des Fauves, le 30 janvier 2016 à 19 h.

 

Franck Bondoux, Délégué général du Festival d’Angoulême et l'équipe du Festival

 

Et pour 2017 ? La rémunération des auteurs ? 

 

Pour l’instant aucune fuite de programmation à la clé, mais davantage une préoccupation économique : la rémunération des auteurs. « Il n’y a pas de rémunération pour ces rencontres comme pour l’ensemble des rencontres qui procèdent plus de la promotion des livres parus et à venir des auteurs que d’un travail, comme les concerts de dessins par exemple », indiquait également ce mois-ci l’organisation.

 

Une position réitérée lors de la présentation de la 43e édition ce 15 décembre, avec néanmoins quelques petits changements dans les prédictions. Si pour 2016, la pratique sera la même c’est-à-dire « rémunérer les auteurs à partir du moment où ils ont une intervention “véritable” c’est-à-dire un geste graphique », explique Franck Bondoux, Délégué général du Festival d’Angoulême, les choses seront amenées à changer pour 2017.

 

« Lorsqu’un auteur vient parler de son dernier ouvrage – pour la plupart c’est le cas – et qu’il se trouve dans un contexte où il fait la promotion de son livre : ne peut-on d’ailleurs pas considérer que le festival est un média ? Cependant j’ai eu une discussion avec Vincent Monadé, directeur du CNL, et nous avons convenu de discuter en détail pour l’édition 2017 de manière à voir ce que peut faire le festival à ce niveau-là. Cela aurait bien sûr un coût, de l’ordre de 50 000 €, plus toute une gestion administrative et juridique, notamment avec les auteurs étrangers. Mais nous allons réfléchir à ces cas de figure », conclut Franck Bondoux sur le sujet.

 

Une discussion obligatoire en soit puisqu’à compter du 1er janvier 2016, toute manifestation soutenue par le Centre national du livre doit proposer une rémunération, sous peine de perdre sa subvention, promet le CNL.