Feuilleton Joel Tenenbaum : épisode 2 à télécharger

Clément Solym - 07.04.2011

Culture, Arts et Lettres - Audiolivre - musique - pirate - hadopi


L'étudiant de Boston Joel Tenenbaum fait appel de sa condamnation à payer 67000 dollars à la Recording Industry Association of America, pour violation de la loi sur la propriété intellectuelle.En effet, Joel Tanenbaum reconnaît avoir piraté et partagé trente fichiers audio sur Kazaa en 2004 sur internet.

Si cette somme paraît disproportionnée par rapport aux vingt-et-un dollars que valent actuellement ces fichiers, le juge Nancy Gertner a été relativement clément : les dommages et intérêts s'élevaient au premier procès à 675 000 dollars, et l'américaine Jaimmie Thomas a été condamnée à deux -cent-vingt-mille dollars pour avoir téléchargé vingt-quatre titres sur Kazaa, selon Numerama.

Mais Joel Tenenbaum n'aurait pas les moyens de rembourser l'industrie du disque. Après avoir succombé aux sirènes d'internet – l'étudiant met en cause Apple pour ne pas avoir protégé les fichiers par des DRM – il a plongé derrière le miroir liquide de son écran et touche le fond. Ironie de l'histoire, ce doctorant en physique fait des recherches sur « la modélisation des données financières »(via The Chronicle)...

Pour ses défenseurs, Joel Tenenbaum « est David contre Goliath » !
Joel Tenenbaum est soutenu par le professeur de droit Charles Nesson et par des étudiants. Il a créé un site, où il recueille des fonds en vue de sa défense, contre – je cite – les « actions de lobbying » de l'industrie du disque.

L'intervention de la fondation pour la défense des libertés des internautes, Electronic Frontier Foundation, est aussi à signaler au cours de ce procès très médiatique. Selon les représentants de l'EFF, la RIAA chercherait davantage à faire des profits qu'à défendre les droits d'auteurs. Elle affirme en effet que des arrangements à l'amiable sont conclus hors du cadre légal, les pirates préférant payer la RIAA à moindre coût et sans procès. De plus, la RIAA commet des erreurs de suivi d'adresses IP, confondant même un ordinateur avec une imprimante (via Libération ) !

Plus généralement, l'EFF plaide pour une réforme de la loi sur la défense des droits d'auteurs, la crainte des sanctions risquant de réduire les projets d'innovations, mais aussi d'empêcher la communication d'informations ou d'images importantes, selon TeleRead.

En France, la loi Hadopi, la Haute Autorité pour la Protection des Droits sur Internet, prévoit d'envoyer des avertissements par courriel puis par lettre recommandée ; si le pirate recommence, son abonnement à internet peut être suspendu de deux mois à un an. (via France Soir)

Selon le Nouvel Obs, le pirate français aurait une chance sur six mille deux cents d'être sanctionné. Statistiquement !



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.