Fiction, journalisme... Les lauréats des Prix Orwell 2019 dévoilés

Heulard Mégane - 28.06.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix Orwell - George Orwell - prix littéraire 2019


Les gagnants des prix Orwell 2019 ont été annoncés ce mardi 25 juin, lors d’un événement spécial organisé au 20 Bedford Way, à Londres, à l’occasion du 70e anniversaire de la publication du roman 1984 de George Orwell. 
 
 
 

Le prix Orwell a été créé en 1993 par Bernard Crick et récompense les œuvres rapprochant la politique du grand public, en littérature et en journalisme. Elle tend à promouvoir l’écriture telle que l’écrivain George Orwell le voulait c’est-à-dire de « faire de l’écriture politique un art ».

Les quatre catégories du prix Orwell sont chacune dotées de 3 000 £. Les lauréats ont également tous reçu cette année une édition Folio de 1984 de George Orwell, signée par son fils, Richard Blair. 

Avant l’annonce, la conseillère de la Fondation Orwell, Arifa Akbar, a dirigé une discussion sur l’héritage du roman avec Richard Blair, Carole Cadwalladr, lauréat du Prix Orwell journalisme en 2018, et le journaliste Dorian Lynskey.

Les lauréats des quatre catégories pour 2019 sont : 

Prix Orwell de fiction politique

Anna Burns pour son roman Milkman paru en 2018 chez Faber & Faber. L’histoire se déroule lors des conflits nord-irlandais, appelé aussi « The Troubles ». La protagoniste de 18 ans vient d’une famille catholique, et se retrouve à être harcelée par un homme marié plus âgé, connu sous le nom de « Milkman ». Le livre a également remporté le Prix Man Booker en 2018 et le National Booker Critics Circle Award en 2019.

Prix Orwell d’écriture politique 

Patrick Radden Keefe pour son ouvrage Say Nothing : A True Story of Murder and Memory in Northern Ireland publié en 2018 chez William Collins. Keefe est également rédacteur au New Yorker Magazine et auteur de deux livres acclamés par la critique, The Snakehead et Chatter.
 

En décembre 1972, Jean McConville, 38 ans, mère de dix enfants, a été traînée hors de sa maison de Belfast par des intrus masqués, ses enfants accrochés à ses jambes. Ils ne l’ont jamais revue. Son enlèvement a été l’un des épisodes les plus notoires du conflit vicieux connu sous le nom de The Troubles lors des conflits en Irelande du Nord. Tout le monde dans le quartier savait que l’IRA était responsable. Mais dans un climat de peur et de paranoïa, personne n’en parle. En 2003, cinq ans après qu’un accord ait apporté une paix précaire en Irlande du Nord, un ensemble d’os humains a été découvert sur une plage. Les enfants de McConville savaient que c’était leur mère lorsqu’on leur a dit qu’une épingle de nourrice bleue était attachée à sa robe — avec tant d’enfants, elle avait toujours à portée de la main, pour les couches et les vêtements déchirés.


Prix Orwell pour l’exposition des problèmes sociaux de la Grande-Bretagne 2019

Max Daly, pour ses articles sur Vice, « Behind County Lines ». Une enquête sur le terrain qui dévoile les causes et la nature de la hausse des ventes de drogues et de la violence juvénile. Les enquêtes de Daly ont mis en lumière le lien entre les enfants disparus et le commerce de la drogue, ainsi que la façon dont le trafic de drogues a alimenté la crise du logement et a été façonné par celle-ci. 

Prix Orwell de journalisme

Steve Bloomfield pour ses articles : « Qu’est-il arrivé à Seymour Hersh ? » (Prospect, 17/07/18) ; « Une île à la dérive : l’histoire intime de l’échec du Foreign Office à se préparer au Brexit » (Prospect, 15/10/18) ; « La doctrine Corbyn » (Prospect, 15/06/18). 

Suzanne Moore pour ses articles : « Je pensais que le souvenir était une célébration de la guerre. J’avais tort » (The Guardian, 12/11/18) ; « Je ne marcherai pas pour le vote du peuple. Il y en a déjà eu un » (The Guardian, 19/10/18) ; « Monica Lewinsky a dénoncé l’abus de pouvoir de Clinton. Pourquoi ne l’avons-nous pas fait ? » (The Guardian, 01/04/18)

C'est la troisième fois en 25 ans que le Prix Orwell du journalisme est décerné à deux personnes. 


Commentaires
Bonjour,

Juste pour signaler une traduction de l'article fondateur sur la crise des opioides par Patrick Radden Keefe, qui permet aux lecteurs et lectrices francophones de connaître son écriture incisive et sa capacité d'enquête au long cours : "Addiction sur ordonnance : la crise des antidouleur" par Patrick Radden Kefe, C&F éditions, février 2019.

Amicalement,

Hervé Le Crosnier
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.