FILIT en Roumanie "l'ambition de mettre en lumière le travail des traducteurs"

Monica Salvan - 08.10.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Monica Salvan - Roumanie littérature


C'est tout d'abord l'acronyme du Festival International de Littérature et Traduction qui s'est déroulé du 1er au 5 octobre dernier à Iasi, en Roumanie. Un festival qui a l'ambition de mettre en lumière le travail des traducteurs tout autant que celui de leurs collègues écrivains. Vous l'aurez remarqué, les initiales se transposent exactement du roumain en français : Festivalul International de Literatura si Traducere.

 

Cultural Palace in Iasi

Place à Iasi

Stefan Schiautmann, CC BY SA 2.0

 

 

FILIT est également un ovni culturel : situé à l'est de la Roumanie, dans la ville de Iasi, capitale historique de la province Moldavie — d'aucuns diraient « Nous sommes ici aux portes de l'Orient, où tout est pris à la légère », arrivé seulement à sa deuxième édition, le festival peut s'enorgueillir d'avoir des invités exceptionnels.

 

Les cinq soirées-évènement du festival ont vu se succéder sur la scène du théâtre national de Iasi, un beau théâtre à l'italienne, David Lodge, le Mexicain Guillermo Arriaga, scénariste entre autres de « Babel », Herta Müller, prix Nobel de littérature en 2009, les auteurs roumains Mircea Cartarescu, publié en France chez Denoël, et Norman Manea, prix Médicis étranger en 2006 pour Le Retour du hooligan. Rappelons que François Weyergans a été l'un des invités des soirées FILIT à Iasi en 2013.

 

FILIT est surtout, bien évidemment, le lieu où des écrivains venus parfois de très loin (18 pays représentés cette année) rencontrent des lecteurs, des traducteurs, des éditeurs, des confrères.

 

Le Français Romain Puértolas, auteur de L'Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (Le Dilettante, 2013), s'est retrouvé devant un public enthousiaste de lycéens aux côtés d'Adina Rosetti, dont le roman Deadline a été traduit chez Mercure de France en 2013 par Fanny Chartres. La fable de Puértolas, qui aborde sur un ton vif et joyeux le sujet de la migration clandestine, a valu à son auteur des questions sur son statut d'analyste de la Police des frontières et, inévitablement, des questions sur l'image des Roumains en France. Présent à FILIT également, le dramaturge et écrivain franco-roumain Matei Visniec a littéralement charmé le public venu à sa rencontre par de nombreuses anecdotes savoureuses.

 

En échangeant sur scène avec Sahar Delijani, fille de dissidents politiques née en prison (Les Jacarandas de Téhéran, Albin Michel, 2014), Matei Visniec a évoqué des moments époustouflants de détournement de la censure par de jeunes artistes lors de la mise en scène d'une de ses pièces en Iran. Nicolas Clément (Sauf les fleurs, Buchet-Chastel 2013) a été l'invité de l'Institut français de Iasi dans le cadre d'un partenariat avec le Festival du Premier roman de Chambéry. 

 

FILIT est aussi le rêve – devenu réalité — de trois écrivains et amis publiés par l'efficace maison d'édition Polirom de Iasi. Ils ont tous les trois des titres traduits en français : Dan Lungu chez Jacqueline Chambon, Lucian Dan Teodorovici chez Gaïa, Florin Lazarescu aux éditions des Syrtes. 

 

Retenons donc ce nom, car on prépare déjà l'édition 2015 : FILIT a toutes les chances de devenir dans les années qui viennent un vrai repère culturel sur la carte littéraire et culturelle de l'Europe.