Fini de rire de l'érotisme, avec le lancement du prix Good Sex in Fiction

Julien Helmlinger - 15.10.2016

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Good Sex in Fiction - littérature sexe humour - prix


« Nous avons assez rigolé », explique Lisa Moylett de The Erotic Review, à l’origine du Good Sex in Fiction Award. Ce site web, qui permet notamment à ses usagers d’évaluer leurs expériences avec des travailleurs du sexe, de la manière dont d’autres notent leurs lectures, propose de tourner la page des Bad Sex in Fiction Awards en lançant leur contrepoint.

 

Sex

CC by 2.0 par Kevin Dooley

 

 

Une récompense littéraire, pour saluer les auteurs dont le style ne tourne pas le sexe en ridicule. L’éditrice Lisa Moylett précise qu’il s’agit de lancer « le gantelet. Plus d’écriture “bad sex”. Ce n’est pas quelque chose que nous devrions célébrer ». Elle estime que les Bad Sex in Fiction Awards peuvent avoir un effet néfaste : celui de dissuader les écrivains à de brosser des scènes érotiques.

 

Pour elle le problème viendrait en partie du fait que dans la littérature courante le sexe serait compartementalisé. Si au cinéma le public s’est habitué à voir des scènes câlines en plein milieu d’un film d’espionnage, ce ne serait pas tant le cas dans la littérature. Trop de description en la matière pourrait valoir à leur auteur une classification au rayon spécialisé dans l’érotisme.

 

Lisa Moylett espère que cette nouvelle récompense littéraire permettra de franchir l’intervalle entre le monde horrible du porno et ce dont nous parlons tous et que nous aimons.

 

Elle a été rejointe en sa croisade par l’éditrice Mariella Frostrup. De leur réflexion commune elle conclut que « la pornographie inonde l’Internet, si bien qu’il est complètement saturé. Nous avons besoin d’une paire de bras sûre dans l’optique d’agir comme un filtre pour nous tous ».

 

(via TheTimes, Independent)