Fleur Pellerin embrasse du Renaudot au Goncourt

Clément Solym - 04.11.2015

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Fleur Pellerin - prix littéraires - Renaudot Goncourt


La ministre de la Culture, s’inscrivant dans une tradition pas nécessairement fidèlement suivie, a tenu a féliciter les lauréats des prix littéraires remis ce 3 novembre, Goncourt et Renaudot. Fleur Pellerin a ainsi salué les prouesses remarques de Mathias Enard et Delphine de Vigan. 

 

 

 

Bien entendu, le Goncourt, susceptible de vendre 400.000 exemplaires, méritait bien quelques lignes de plus que le Renaudot. 

 

Pour le Goncourt

Dans ce récit fascinant, porté par la musique et la rencontre avec l’autre, réel et fantasmé, dans une sorte de long voyage de la nuit vers le jour, c’est un Orient proche et lointain qui se révèle et se raconte à la fois. Mathias Enard nous amène avec virtuosité à « explorer [la] fêlure » amoureuse comme à aller au plus près de « cet entre-deux, ce barzakh, le monde entre les mondes où tombent les artistes et les voyageurs ».

En parcourant la géographie amoureuse de Franz, le texte de Mathias Enard nous conduit notamment vers les sites historiques d’Alep et de Palmyre, « la Fiancée du désert », aujourd’hui pris pour cible. Il nous rappelle que l’art et la culture sont au fondement de notre humanité.

 

Pour le Renaudot

Entre autofiction, autobiographie et thriller psychologique, ce récit troublant raconte la descente aux enfers d’une romancière – le double de l’auteur – aux prises avec une manipulatrice insidieuse.

Dans une langue fluide et empreinte d’émotion, ce roman magistral renouvelle de façon glaçante les rapports incestueux entre la réalité et la fiction.

 

 

Dans le même temps, le Syndicat national de l’édition a également souhaité attirer l’attention sur le fait que le roman de Enard était accessible en format adapté pour aveugles et malvoyants. Dans le cadre de la Rentrée littéraire accessible pour tous, 85 % des titres figurant sur la liste des prix littéraires avaient été rendus disponibles de la sorte.