Foire de Francfort : Le printemps arabe récompensé

Clément Solym - 17.10.2011

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - sansal - paix - prix


Un acteur du printemps arabe vient d'être récompensé par une institution. Et après la remise du Nobel de littérature à Thomas Tranströmer,  dont le comité semble avoir quelque peu écarté le sujet, ça fait du bien.

 

L'écrivain Algérien Boualem Sansal a reçu dimanche le prix de la paix de la foire du livre de Francfort, le Friedenspreis 2011.

 

 

Le jury a salué l'œuvre littéraire de Sansal mais aussi la façon  dont l'écrivain francophone  « critique ouvertement la situation politique et sociale » de l'Algérie

 

«  En ce moment de bouleversements dans le monde arabe, j'espère que la vision de Boualem Sansal d'une société libre et démocratique en Algérie deviendra réalité », a dit le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle, dans un communiqué

 

Sansal est peu aimé par le régime d'Alger, qui a censuré plusieurs de ses ouvrages, comme Poste restante (2006) qui lui a valu des menaces, et le Village de l'Allemand (2008).  

 

Pour l'auteur, il est clair qu'une « révolution mondiale est en cours ». Après avoir reçu le prix, il a déclaré : « Les gens veulent une démocratie universelle, authentique, sans frontières ni tabous. Ils rejettent les dictateurs, l'extrémisme, le pouvoir des marchés, l'emprise étouffante de la religion », rapporte l'AFP.

 

Un souffle de lucidité nécessaire, alors que le comité Nobel 2011 n'a osé attribué ouvertement un prix à l'un des acteurs emblématiques d'une des révolutions les plus importantes de l'Histoire.

 

Mis à part peut-être la Yéménite Tawakul Karman, bien qu'elle a été récompensée pour une lutte entamée depuis plusieurs années déjà contre le président Ali Abdallah Saleh et pour les droits des femmes avant tout.

 

Les favoris ne manquaient pourtant pas, et pour plusieurs prix : tels que le cyber-militant Egyptien Wael Ghonim et la bloggeuse Tunisienne Lina Ben Mhenni pour le prix Nobel de la paix, ou le poète syrien Adonis pour celui de littérature.