Foire du livre de Francfort : le numérique prend son essor en Europe

Clément Solym - 12.10.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - Foire du Livre - Francfort - Lecture numérique


Annoncé depuis longtemps, lent à se concrétiser, le marché européen du livre numérique semble définitivement prendre son envol, selon les acteurs du monde de l'édition réunis à la Foire du livre de Francfort. Cependant les résultats chiffrés restent bien en dessous des scores atteints sur le territoire américain. Cela est probablement lié au fait d'une arrivée plus tardive des appareils de lecture d'ebooks sur le continent, mais également en raison d'un certain attachement sociologique au traditionnel format papier. Celui-ci freinerait les changements d'habitudes des lectorats français et allemands tout particulièrement.

 

 

 

Disparités entre Europe et États-Unis

 

Le directeur de la Foire, Juergen Boos, a exprimé l'idée suivante, rapporte l'AFP. Tandis qu'aux États-Unis le livre a la considération d'un produit de consommation et de divertissement comme les autres, en Europe les individus ont tendance à se définir socialement par rapport aux ouvrages qui trônent sur les étagères de leurs bibliothèques. Ainsi, il semblerait que les lecteurs d'ebooks demeurent de grands lecteurs de formats imprimés (voir notre actualitté).

 

A contrario aux Etats-Unis, le vaste marché et son réseau moins dense de librairies physiques  constituaient d'emblée une terre de prédilection pour le numérique, selon Kornelia Holzhausen, responsable des médias numériques pour la maison d'édition Piper. La législation américaine en vigueur, de plus, a permis à Amazon de pratiquer une politique de prix agressive, ce que les lois allemandes par exemple ne permettent pas. La tarification des ebooks a également constitué l'un des sujets de réflexions au cours de la foire (voir notre actualitté).

 

Lors de l'inauguration de l'évènement, le président de la fédération des libraires allemands, Gottfried Honnefelder a confié : « En Allemagne, les livres électroniques représentent 2% de tous les ouvrages vendus en 2012, contre 20% aux États-Unis. [...]  Quant à savoir si l'Allemagne suivra le même développement que les États-Unis, cela reste à démontrer. »

 

 

Chacun son rythme en Europe

 

Cette progression, significative, ne représente rien de moins qu'un doublement de la part de marché allemand du numérique, d'une année sur l'autre. Les Pays-Bas devraient connaître la même évolution, selon les estimations d'Erik-Jan Bulthuis, du groupe de distribution Cb. Et une tendance qui devrait se confirmer avec l'arrivée de nouveaux produits sur le marché (voir notre actualitté).

 

Outre-Manche, les habitudes des Britanniques ayant bénéficié du lancement de la tablette Kindle dés 2010 ont pris de l'avance sur le reste du Vieux-Continent. L'ebook y représente 13 % du marché du livre selon les estimations de l'association des éditeurs britanniques.

 

Le président de l'association, Richard Mollet, a souligné l'ouverture des Britanniques envers tout ce qui concerne l'électronique ou le commerce en ligne. Il a expliqué à l'AFP : « Le taux de pénétration des appareils de lecture est très élevé. [...] Ce n'est pas qu'ils aiment moins l'objet livre, c'est juste qu'ils adoptent le numérique plus vite. »

 

Kornelia Holzhausen a conclu : « Si le livre numérique ne supplantera jamais totalement son avatar de papier, le chiffre d'affaires de ce nouveau segment va continuer à monter. [...] Il faut que les éditeurs s'y fassent, je pense que le livre électronique est là pour rester. »