Foire du livre de Leipzig, une immense fête de la lecture

Claire Darfeuille - 11.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Foire de Leipzig - Allemagne - Günther Grass


Du 13 au 16 mars, le bouillonnant festival Leipzig liest, désormais inséparable de la foire, métamorphose le centre ville avec plus de 3 200 manifestations dans 410 lieux. Moins connue que celle de Francfort, la foire de Leipzig est un événement littéraire incontournable en Allemagne. Elle accueille d'ailleurs presque autant de visiteurs que le Salon du livre de Paris, avec la particularité de déborder largement de son lieu d'exposition, pour le plus grand plaisir de son public. Crée en 1991, le festival Leipzig liest, qui se déroule dans des centaines de lieux du centre-ville pendant les quatre jours de la foire, est devenu un événement attendu de tous les amoureux du livre.

 

 


 

 

Loin de se confiner sous les halls et la spectaculaire verrière du Centre des expositions situé à l'extérieur de la ville, la foire du livre de Leipzig investit chaque printemps tout le centre ville où se déroule la très prisée fête de la lecture, Leipzig liest. Nul doute que la foire, qui avait largement perdu son audience après guerre, doit son actuel succès à ce généreux festival initié par le club Bertelsmann après la réunification. En 1991, la foire n'accueille plus que 25 000 visiteurs, ils sont déjà deux fois plus nombreux en 1992, année où pour la première fois le Leipzig liest invite 80 auteurs dans 160 lieux de la ville, et 168 000 visiteurs ont été enregistrés l'an passé, soit un peu moins qu'au Salon du livre de Paris qui en attend 200 000.

 

« On se déplace de loin en Allemagne pour s'y rendre, beaucoup n'hésitent pas à faire 300 kms ! » observe Nicole Bary, traductrice et responsable de la collection Bibliothèque allemande chez Métailié, qui l'a souvent fréquentée. Elle précise « moins qu'un grand marché de cession et d'acquisition de droits comme la foire internationale de Francfort, la foire de Leipzig est une grande fête pour les lecteurs, ouverte à tous les publics ». 50 000 professionnels s'y rendent à la rencontre de plus de 2 000 exposants, mais contrairement aux foires de Paris ou Francfort, aucune journée professionnelle ne leur est particulièrement réservée.

 

Littérature allemande et des pays de l'Est

 

Principalement centrée sur la production éditoriale en langue allemande, la foire accorde aussi traditionnellement une large place à la littérature des pays de l'Est. Cette année, la manifestation Tranzyt.Kilometer 2014 reçoit autour d'une trentaine de présentations et débats, des auteurs biélorusses, polonais et ukrainiens. Aucun désistement n'est à déplorer en raison des soulèvements en Ukraine, bien au contraire, tous ont répondu présents, même l'écrivain Serhij Zhadan, blessé par les forces pro-russes à Karkhiv a confirmé sa venue.

 

Autre invitée de cette 23e édition du festival, la Suisse, laquelle a déjà livré à la ville une quarantaine de bancs helvétiques d'un rouge éclatant. Ce rutilant mobilier urbain doit être installé dans les rues pour la durée du festival, puis rejoindra le parc Clara Zetkin. Lectures -la première de Peter Bichsel-, concerts, installations vidéo et audio « Berne est partout », figurent au programme de Auftritt Schweiz.

 

Trois prix littéraires, dont un de traduction

 

Chaque année, deux prix sont décernés lors de la foire dans le domaine « littérature » et « essai », un troisième récompense le travail d'un traducteur. Cette année, entre autres nominés, Hinrich Schmidt-Henkel, pour sa traduction de Jacques le Fataliste et son maître de Denis Diderot.

 

Enfin, un espace du hall 4 est consacré aux partitions et autres ouvrages sur la musique, comme il se doit dans une ville où fut fondée la première maison d'édition musicale du monde, Breitkopf und Härtel, en 1719…

 

Dans un autre style, la nouvelle Convention Manga espère de son côté attirer le jeune public, avec des auteurs stars et un concours de Cosplay (activité de se costumer en héros de bd manga ou de fiction, Ndlr). Un vaste hall est réservé à cette manifestation -20 % de surface supplémentaire cette année pour l'accueillir-  sur une  surface d'exposition totale de 84 500 m2.

 

Entrée gratuite pour les moins de 12 ans

 

Un public familial est attendu le dimanche, jour où les moins de 12 ans, peuvent entrer

gratuitement avant 10 h à la seule condition d'apporter leur livre préféré.  Signe de la pléthore d'initiatives pour les familles et de la multiplicité des lieux, le moteur de recherches interactif du  programme général propose une sélection selon les critères « avec enfants » ou « sans enfant », et « dans la foire » ou « en ville »…

 

 

 

 

Désormais inséparable de la foire, le festival invite en effet tous les exposants à participer sous la forme de leur choix au Leipzig liest, ce qui requiert une logistique à toute épreuve. Aucun lieu ne semble tenu à l'écart des lectures ou autres manifestations autour du livre. Musées, théâtres, cafés, écoles, librairies, bibliothèques, lieux publics ou appartements privés sont « réquisitionnés ». L'Hôtel de Ville lui-même ouvre sa majestueuse salle de cérémonie à la très courue soirée Lit Pop, « Littérature et Party », laquelle amène ses 2 500 fêtards jusqu'au petit matin.

 

Avec plus de 3 000 intervenants et 3 200 manifestations, le Leipzig liest revendique sur son site le titre de plus grande fête de la lecture d'Europe.

 

Aux dires des auteurs…

 

Laissons pour finir aux auteurs le soin d'apprécier au mieux ce qui caractérise ce grand rendez-vous littéraire. 

 

Kai Meyer, auteur pour la jeunesse, témoigne ainsi sur le site officiel « la Foire de Leipzig est un lieu où je peux rencontrer mes lecteurs sans précipitation et bousculade, sans être pressé par le temps. En tant que ville forte d'une longue tradition du livre, Leipzig rappelle que ce genre de manifestation devrait d'abord s'adresser aux gens qui font vivre la littérature -à savoir les lecteurs et les auteurs- et pas seulement traiter de business, de tendances ou d'achat de licences.  Je me réjouis de connaître ceux qui lisent et aiment mes histoires et cela n'est possible nulle part ailleurs dans une ambiance aussi agréable et détendue ».

 

Günther Grass assure de son côté : « Je viens encore et toujours avec plaisir à la foire du livre de Leipzig, parce que sur cette foire, c'est le livre qui est au centre. La lecture est ici un plaisir, car les Lipsiens savent très bien écouter. Leipzig est une ville qui travaille beaucoup à la survie du livre et à son élaboration. En tant qu'auteur et lecteur passionné, je ne peux rien imaginer de mieux ».

 

Plus sarcastique, l'écrivain suisse alémanique Martin Suter, remet au goût du jour la vieille rivalité entre Francfort et Leipzig et persifle « Je me suis senti écrivain pour la première fois à la foire de Leipzig.  Et pourtant, j'étais déjà allé deux fois à celle de Francfort… ».

 

 Foire du Leipzig