Foire du livre de Londres ? Plutôt Waterloo

Clément Solym - 20.04.2010

Culture, Arts et Lettres - Salons - volcan - cendres - foire


Les annulations pleuvent, les personnes contraintes de rester au sol décommandent et la situation n'est pas au meilleur de sa forme pour la Foire du livre de Londres. Selon les informations du Bookseller, les agents ont fait état de l'annulation de la moitié de leurs rendez-vous avec des éditeurs internationaux, ces derniers n'ayant pas pu se rendre sur place pour assurer les rendez-vous pris.

Pour certains, le voyage s'est transformé en aventures terribles, avec des trajets en voiture de plus de 12 heures pour partir du Danemark avant d'arriver en Angleterre.

C'est ce qui ressort en tout cas de la vue d'ensemble : Français, Néerlandais et quelques pays scandinaves se sont vraiment démenés pour arriver jusqu'à la Foire. Alors qu'au contraire, Italiens, Espagnols et Américains n'ont pas fait autant d'efforts. Peut-être que pour ces derniers, un ferry New York-Londres...

Des rendez-vous contrariés qui forcément vont ralentir les processus de ventes et de cession de droit.

En terme de fréquentation, on frise le surréalisme. Un cinquième des visiteurs attendus n'a pas réussi à trouver son chemin jusqu'à la Foire. Au centre de droits, on parle d'une baisse de 20 à 22 % en regard de l'an passé. Quant au centre international des droits, c'est bien 50 % de chaises vides qu'il affiche...

Sur 87 événements prévus, 20 ont été annulés... Même si l'équipe fait tout ce qu'elle peut sur place pour compenser les absences. Depuis l'éruption du volcan en Islande et les premières inquiétudes pensant sur la manifestation, la situation ne s'est pas vraiment amélioré pour le moment.

La foire doit s'achever demain.