Au Québec, rencontre avec Yves Heck, véritable Tête de lecture

Justine Souque - 31.08.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - Québec littérature - livres lecture - France Québec


« Tête de Lecture » se revendique comme un rendez-vous littéraire fondé sur la spontanéité et le partage lors de lectures à voix haute. Le principe est simple : les membres du public apportent chacun une œuvre dont un extrait sera lu par le comédien Yves Heck, si elle est tirée au sort. Participant à des événements littéraires en France et programmés au Théâtre de La Loge à Paris, Tête de lecture s’est lancé à la conquête du Nouveau Monde il y a trois ans, lors d’une représentation informelle. Yves Heck se souvient : « Je suis arrivé ici et l’accueil fut des plus chaleureux. Les Montréalais se sont montrés très curieux et n’ont pas hésité à mettre tout en œuvre pour concrétiser le projet, même si faire venir un artiste français est un investissement coûteux et qu’ils souhaitent privilégier les talents locaux ». 

 

© Cie Tête chercheuse

 

 

Dès lors, la présence d’Yves Heck au festival Escales Improbables de Montréal (EIM) est assurée par le soutien de nombreux partenaires. Cette année, pour la 12e édition de ce festival, Yves Heck (avec la complicité de Thierry Illouz et Stéphane Bertrand) entame un circuit artistique du 29 août au 6 septembre : 4 dates, 4 quartiers différents de Montréal. En 2015, « Tête de lecture » collabore avec Short Édition (maison d’édition française spécialisée dans la littérature courte), Nuit Blanche sur Tableau Noir (événement culturel du 27 au 30 août sur l’avenue de Mont-Royal réalisé grâce à l’organisme Odace Evènements, Hors les Murs [programme de la maison de la culture de Montréal], la société de développement du Boulevard Saint-Laurent et celle de développement commercial Pignons rue Saint-Denis.

 

Comme le souligne la cofondatrice du festival des EIM Sylvie Teste : « Cette organisation basée sur la mutualisation permet non seulement d’assurer les frais d’un tel événement, mais aussi de programmer “Tête de lecture” dans différents endroits de la ville. Nous avons ainsi tourné les contraintes financières à notre avantage ! » Yves Heck précise : « En France, mes partenariats sont littéraires. Au Québec, ils sont multidisciplinaires. » 

 

Cette diversité illustre bien la volonté de la ville de Montréal : offrir un cadre urbain où les arts se côtoient et sont accessibles à tous. Les Québécois, accoutumés à ces événements interactifs pluriels, se révèlent plus expressifs que les Français, comme a pu le constater Yves Heck : « Lors de mes lectures, je peux entendre de grands éclats de rire ou des commentaires. En France, le public est un peu plus réservé. » Le comédien ajoute : « Autre exemple, quand j’annonce ma collaboration avec Short Édition, certains ont des réactions très vives ! Short est un mot anglais, et les Québécois sont très à cheval sur le respect de la langue française. »

 

 

La tournée québécoise de "Tête de lecture" se pose à Montréal aujourd'hui et pour 4 dates.Avec Tableau Noir sur Nuit...

Posted by Tête de lecture / Yves Heck on samedi 29 août 2015

 

 

 

Du côté des textes choisis par le public, Yves Heck ne remarque aucune généralité : « En France comme au Québec, je passe de la littérature classique aux auteurs contemporains, tous genres confondus. Lorsque je lis des auteurs québécois proposés par le public, je me familiarise petit à petit avec les expressions locales, et je constate toute la richesse de leur production littéraire ».

 

Spécifions que le jour de notre rencontre avec Yves Heck, au parc des Compagnons [rue Mont-Royal], les publications lues par tirage au sort [sans compter quelques textes autoédités qui se sont glissés parmi le public pour se faire connaître !] étaient les suivantes : 

 

Titres d’auteurs français                                                                                 

L’élégance du hérisson,  Roman de Muriel Barbery Éditions Gallimard [2006]

Le salon des berces Roman de Gilles Clément Éditions NiL [2009]

Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi, Récit de voyage de Jean-Christophe Rufin Éditions Guérin [2013]

La chute Roman d’Albert Camus Éditions Gallimard [1956]

Lettres d’amour en Somalie Récit de voyage de Frédéric Mitterrand Éditions Presses de la cité, Collection Pocket, 2006 

 

Titres d’auteurs québécois

Le feu de mon père, Roman de Michael Delisle Éditions du Boréal [2014] 

Grand Prix du livre de Montréal [2014]

L’Hiver de force Roman de Réjean Ducharme Éditions Gallimard [1973]

Un poème de Claude Gauvreau, Recueil : Étal mixte et autres poèmes, 1948-1970 Éditions de l’Hexagone [1993]

Texte en langue « exploréenne », inventée par l’auteur [D’où l’incapacité à citer précisément le poème lu !]

 

Cet échantillon nous éclaire modestement sur la diffusion de la littérature francophone : au Québec, les auteurs français sont connus et reconnus, tandis qu’en France, comme le confirme Yves Heck, il est rare de partager une expérience de lecture d’un auteur québécois. Sur les 8 ouvrages cités, 3 sont édités par Gallimard, qui possède une librairie à Montréal, et que parmi les 6 différentes maisons d’édition, deux sont québécoises [éditions du Boréal et éditions de l’Hexagone]. Enfin, sur les 3 titres québécois, 2 ont reçu une distinction littéraire.

 

Pendant le festival des EIM, « Tête de lecture » réussit donc à créer un espace d’intimité propre aux échanges, permettant au public québécois d’illustrer son goût pour la littérature française, mais aussi d’affirmer son patrimoine littéraire, de valoriser son actualité éditoriale et, espérons-le, de faire connaître les auteurs locaux à la communauté française – résidants comme simples touristes.