La France à Francfort, pour une Europe 'unie dans sa diversité'

Antoine Oury - 18.06.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - Foire de Francfort - France - invitée d'honneur


C'est officiel : en 2017, la France sera l'invitée d'honneur de la Foire du Livre de Francfort. Le Premier ministre Valls l'avait lui-même confirmé lors d'un déplacement en septembre dernier : les relations diplomatiques entre Allemagne et France doivent s'assurer, et rien de mieux qu'un événement coordonné par les deux pays. Institut français et AuM (Ausstellungs - und Messe GmbH) ont tous deux signé un contrat qui officialise le partenariat.

 

La France accepte l'invitation de la Foire de Francfort - Ministère de la Culture

Anne Tallineau (directrice générale déléguée de l’Institut français), Juergen Boos (directeur de la Foire de Francfort), Fleur Pellerin (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

« Ce moment marque à la fois le commencement d'une grande aventure et l'aboutissement d'un processus lancé par le Premier ministre à Berlin à la fin de l'année dernière », débute Anne Tallineau, directrice générale déléguée de l'Institut français. Chacun des intervenants aura à cœur de rappeler les coopérations françaises dans le secteur du livre, Fleur Pellerin en tête.

 

« Avenir du livre, avenir de l'Europe », un colloque organisé en 2013 à Berlin, une adresse à la Commission signée par les deux pays, l'Italie et la Pologne en mars 2015, et « une forte convergence de vues entre l'Allemagne et la France dans les discussions autour du marché numérique unique », Allemands et Français s'entendent comme larrons en foire.

 

Qui plus est, rappellera Fleur Pellerin, sa scolarité dans un lycée franco-allemand la rend d'autant plus sensible à cette coopération de part et d'autre du Rhin. La ministre de la Culture cite Max Frisch, Theodor Fontane, Stephen Zweig, Robert Musil, Thomas Mann, Friedrich Hölderlin, de grands auteurs allemands, lus dans le texte, qui l'ont influencé. Il n'y a pas que Modiano dans la vie, quoi...

 

La réponse de la France « a un peu tardé et je m'en excuse », admet Fleur Pellerin, « mais c'est pour le mieux » : tout le monde est déterminé à transformer l'essai, particulièrement l'Institut français. « Pour mener à bien cette tâche, le ministère des Affaires étrangères et du développement international, et votre ministère, Madame la Ministre, ont désigné un commissaire général qui aura en charge la programmation et la mise en œuvre de l'invitation. Paul de Sinety prendra ses fonctions à l'Institut français dès le 1er septembre prochain », précise Anne Tallineau. Le commissaire général travaillera de concert avec le SNE, le BIEF, le CNL et tous les professionnels du livre. 

 

L'enjeu économique est évidemment important, dans un événement de cette ampleur : « L'invitation d'honneur permettra de promouvoir internationalement notre filière du livre, première industrie culturelle française, et l'ensemble de nos industries culturelles et créatives. De nos savoirs et de nos savoirs-faire, en mettant l'accent sur des secteurs innovants, propres à accroître encore l'attractivité de notre pays dans le monde », explique-t-on à l'Institut français.

 

Frankfurt Book Fair Guest of Honour Scroll Scroll

Le beau rouleau que l'invité d'honneur reçoit, à Francfort

(NZatFrankfurt, CC BY 2.0)

 

 

Fleur Pellerin, enfin, viendra garantir la place du duo franco-allemand dans les débats européens, réforme du droit d'auteur en tête : France et Allemagne partagent une « vision d'une Europe unie dans sa diversité et forte d'une ambition culturelle qui nous pousse à mener ensemble ces combats. Dire que le marché unique numérique ne peut rimer avec culture unique, affirmer que l'Europe n'est pas et ne pourra jamais être réduite à un grand marché, c'est rappeler le fondement même du projet européen. L'Europe de la culture a précédé celle des nations, l'Europe politique a besoin de l'Europe de la Culture, car sans la culture, il ne peut y avoir de communauté vivante, riche de sa diversité. Je souhaite redonner à la Culture la place qui lui revient dans l'Union européenne, à savoir la première. »

 

Après 4 années de discussions autour d'une invitation de la France à Francfort, Juergen Boos est soulagé : « Nous sommes, la France et l'Allemagne, les deux plus grandes nations éditrices et du livre, nous sommes en permanence confrontés au défi américain, nous partageons le souci de soutenir nos réseaux de libraires indépendants, nous sommes vigilants sur le dossier fiscal, avec les menaces réitérées qu'il connaît, à la défense du prix du livre... Beaucoup de points communs nous lient. »

 

Le programme est chargé, et la facture sera salée, puisque l'invitation d'honneur débouche sur « plus de 5000 manifestations sur toute la durée de l'année, qui commencent dès le mois de mars-avril, avec des visiteurs en provenance de 110 pays », explique Juergen Boos. « Je suis impatient de voir quel visage la France va nous présenter : la France de la Francophonie, la France des banlieues, la France méridionale... Nous connaissons, grâce à la traduction, les grands auteurs français, nous connaissons moins bien les jeunes auteurs et c'est ceux-là que nous voulons découvrir et faire connaître, en Allemagne, mais aussi au-delà, les inscrire sur la carte du monde. Nous sommes prêts à être surpris », termine le directeur de la Foire.