Frédéric Mitterrand dévoile le budget 2012 du ministère de la Culture

Clément Solym - 28.09.2011

Culture, Arts et Lettres - Expositions - presentation - budget - ministere


Frédéric Mitterrand a dévoilé cet après-midi dans les salons de la rue de Valois le budget 2012 du ministère de la Culture et de la Communication, un budget que le ministre a estimé être aussi « une forme de bilan » à la veille de la présidentielle.

« Le budget n'a pas servi de variable d'ajustement », a affirmé le ministre dans ses propos liminaires. « Si la Grèce, l'Espagne, la Grande-Bretagne et même l'Allemagne... ont subi des coupes drastiques dans ce domaine, la France a voulu insister sur un avenir où la Culture a toute sa place ».

Concrètement, selon Frédéric Mitterrand, le budget de son ministère progresse de 0,9 % pour s'élever à plus de 7,4 milliards d'euros.
Cette somme se répartit entre la culture pour 2,1 milliards d'euros (+2,9 % par rapport à 2011), les dépenses de personnel pour 644 millions d'euros (+1,6 %), la recherche culturelle à 124 millions d'euros (-0,7 %).


Le livre, les industries culturelles et les médias ont quant à eux une enveloppe stable à 4,6 milliards d'euros (cf notre actualitté).

L'enseignement supérieur, a annoncé le ministre, va bénéficier de moyens supplémentaires pour « conforter son inscription dans le schéma européen LMD », avec 226,5 millions d'euros, soit 4,3 %. « Les emplois des enseignants sont exonérés de la règle du non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux », a encore annoncé le locataire de la rue de Valois, sans paraître soucieux d'empiéter sur le domaine du ministre de l'Éducation. 

Les crédits inscrits sur le budget du ministère 2012, soit 390 millions d'euros, sont supérieurs de plus de 40 % au niveau antérieur aux États généraux de la presse, alors que l'audiovisuel public « bénéficie d'une progression de ses moyens de 1,4 % ».

À noter que, dans le registre des Industries culturelles et musique enregistrée, le ministre a explicitement renvoyé à Hadopi pour la protection des oeuvres. 11 millions d'euros sont ainsi prévus en 2012 pour permettre à la Haute autorité d'accomplir ses missions.

Une campagne de communication et un nouveau site Internet devront par ailleurs relancer la "Carte musique", qui n'a pas encore « répondu aux attentes ». Un constat qui était déjà fait l’an passé, et qui ne s’est manifestement pas amélioré.

Selon le communiqué distribué à la fin de la présentation, « Le budget de la Culture et de la Communication pour 2012 [...] traduit : une progression des crédits de 1,23 milliard d'euros (+20 %) entre 2007 et 2012 ; un effort cumulé de 4,57 milliards d'euros sur la période ».

De quoi faire des jaloux dans les autres ministères ?