Genève ferme les portes de son Salon du livre et attend Québec pour 2017

Cécile Mazin - 02.05.2016

Culture, Arts et Lettres - Salons - salon livre presse Genève - littérature lecture livres - Suisse Genève littérature


Le 30e Salon du livre et de la presse de Genève a fermé ses portes dimanche soir. De Marie Laberge à Christiane Taubira, de Yasmina Khadra à Quentin Mouron et de Bruno Pellegrino à Fawzia Zouari, l’écrit a été au cœur des débats et des échanges durant cinq jours à Palexpo. La Tunisie, hôte d’honneur du salon, en était l’illustration à l’enseigne de « Lendemains de révolution ». L’exposition consacrée à Paulo Coelho et sa rencontre ce 1er mai avec le public, ont drainé des foules impressionnantes.

 

Salon du livre Genève 2016

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Au final, le salon clôt sur 94’000 entrées, malgré l’absence du congé du 1er mai. Rendez-vous est donné au public du 26 au 30 avril 2017 pour la 31e édition avec le Québec comme hôte d’honneur, mais aussi lors des festivals littéraires du Château de Chillon (3 et 4 juin), de Sion (23 et 24 septembre) et de Lausanne (18 et 19 novembre). 


 La liberté d’expression était au cœur du salon 2015 après l’attentat de Charlie Hebdo ; le rôle de la culture dans la création de lien social et la pacification des rapports sociaux a occupé le salon 2016 à travers les débats du pavillon tunisien, les interrogations sur l’athéisme, la religion ou la violence de la scène philo ou le vivre ensemble dans un pays plurilingue sur la place suisse. Le rôle du langage et de la littérature comme pierres angulaires du lien social a été largement souligné et la promotion de la lecture a occupé l’une des trois journées que le salon a consacrées aux professionnels de l’édition et de la diffusion littéraire. Ces journées ont par ailleurs permis pour la première fois aux éditeurs des trois régions linguistiques de Suisse de se rencontrer.


Outil de diffusion culturelle, le salon a permis d’entendre Oxmo Puccino en concert vendredi, de rencontrer Claude Lanzmann, Hani Abbas ou Patrick Senécal, de dialoguer avec Zep et d’assister à la projection du long métrage qu’il a réalisé autour de Titeuf. La constitution tunisienne ou la présentation de la nouvelle génération d’artistes plasticiens de ce pays qui regarde l’avenir et se reconstruit ont également été au programme des quelque 2200 animations proposées par les 1259 intervenants de cette 30e édition du Salon du livre et de la presse de Genève.


Ce dimanche, il fallait venir avec une bonne heure d’avance pour trouver place sur la scène de l’apostrophe pour assister à la seule rencontre de l’année de Paulo Coelho, l’auteur le plus vendu au monde, avec ses lecteurs. Après trente minutes de dialogue entre l’écrivain brésilien et Isabelle Falconnier, présidente du salon, le public a pu échanger avec l’auteur de L’Alchimiste dans une ambiance à la fois détendue et empreinte de grand respect mutuel. L’exposition « Le monde de Paulo Coelho », montée avec l’appui d’Eugène et de son épouse Alexandra Kaourova comme commissaires, a connu des pics de fréquentation et Eugène l’a généreusement commentée aux nombreux visiteurs.

 

Salon du livre Genève 2016

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 


L’inauguration a été marquée par la présence de la ministre tunisienne de la Culture et du Patrimoine national, Madame Sonia M’barek, de Paulo Coelho avec son épouse la plasticienne Christina Oiticica, de plusieurs conseillers nationaux, de représentants du corps diplomatique et des médias suisses et francophones. À cette occasion, le Prix littéraire du Salon du livre a été remis à Douna Loup pour L’oragé et Florian Eglin pour Solal Aronowicz Holocauste par Metin Arditi, Président du jury. C’est la première fois que ce prix allait à deux lauréats, d’une part, et qu’il récompensait des auteurs suisses, d’autre part. 


Nouveauté 2016, l’espace young adult a attiré un vaste public de lecteurs de romance, fantasy, bit-lit ou terreur venu à la rencontre des auteurs, mais aussi des bloggeurs et booktubeurs présents. Le public de la scène philo a régulièrement débordé sur les travées, tant l’intérêt pour ses débats était fort. Le Cercle de la librairie et de l’édition de Genève inaugurait son nouveau pavillon design en présence de Marthe Keller venue lire des poèmes de Pablo Neruda. De nombreux médias romands étaient par ailleurs présents avec un stand ou à travers l’organisation et l’animation de débats.


Le Salon africain du livre, de la presse et de la culture a présenté un riche programme à l’ombre de son célèbre baobab de métal, raccourci pour s’adapter à la hauteur réduite des halles 1 et 2 de Palexpo où le salon se tient désormais en raison de leur cadre plus intime. Le prix Ahmadou Kourouma, soutenu par la Direction du développement et de la coopération (DDC) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), est allé à l’écrivain mauritanien Mbareck Beyrouk pour son roman Le tambour des larmes (Elyzad). Ce prix, qui reçoit une attention croissante d’année en année dans l’Afrique francophone, a été remis en présence de Moahmed Mbougar Sarr, lauréat 2015, de Sami Tchak, lauréat 2007 et de Ketly Mars, lauréate du Prix Ivoire 2015, ainsi que de représentants de la communauté diplomatique africaine à Genève.

 

Salon du livre Genève 2016

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 


« Le désir de la rencontre avec les auteurs fait partie de la fascination que la littérature exerce sur nous. Le salon remplit à cet égard une fonction importante qui, loin de démystifier l’écrit, renforce l’intérêt des lecteurs », a déclaré Isabelle Falconnier. « Nous nous réjouissons de retrouver le public non plus seulement une fois par an au printemps, mais tout au long de l’année avec les festivals littéraires que nous lançons cette année », a indiqué pour sa part Adeline Beaux, directrice du salon.


Le 31e Salon du livre et de la presse aura lieu du 26 au 30 avril 2017, avec le Québec comme hôte d’honneur. Les festivals du livre 2016 auront lieu au Château de Chillon (3 et 4 juin), à la médiathèque de Sion (23 et 24 septembre) et à Lausanne (18 et 19 novembre).