medias

Giono, Proust... Raul Ruiz, cinéaste de littératures

Clément Solym - 20.08.2011

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - deces - raul - ruiz


Ce vendredi 19 août, les hommages des personnalités de la Culture se sont succédé, pour saluer la mémoire de Raoul Ruiz, le cinéaste originaire du Chili et que la France avait adopté, autant que lui l'aimait.

Amateur de littérature, il avait, en 1998, pris la charge d'une adaptation du Temps retrouvé, selon l'oeuvre de Marcel Proust (illustration photo tirée du film). Puis, en 2001, il s'était attelé à Âmes fortes, d'après le livre de Jean Giono.

« Il avait eu le bonheur de voir son immense talent reconnu dès son deuxième long métrage, 'Trois tristes tigres', qui avait été couronné en 1969 du Léopard d'Or à Locarno », souligne le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.


Et d'ajouter : « C’était un inlassable créateur qui préparait encore un autre film au Portugal, pour lequel il avait laissé, croit-on, toutes les indications qui permettraient de le réaliser. C’est un magnifique testament que nous aurons peut-être un jour le bonheur de découvrir, de la part du grand cinéaste, mais aussi du grand homme de culture qu’il était. »

Le communiqué de l'Élysée n'en dit pas moins : « C'est en France que ce conteur hors pair avait réalisé une grande partie d'une oeuvre faisant appel à tous les genres cinématographiques, à la fois baroque et audacieuse, marquée aussi bien par les films de la Nouvelle Vague que par les romans de Stevenson. »



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.