Goncourt 2015 : les finalistes enfin dévoilés

Julie Torterolo - 28.10.2015

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Goncourt - finalistes - édition 2015


C’est à Tunis, depuis le musée du Bardo, que l’académie Goncourt a annoncé ce 27 octobre la liste des ses finalistes. Quatre auteurs sont encore en lice pour recevoir le prix 2015 qui sera annoncé le 3 novembre prochain au restaurant Drouant. 

 

Prix Goncourt Lydie Salvayre Seuil

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Le lieu de l’annonce n’a pas été choisi au hasard : l’académie avait annoncé le 15 septembre dernier leur volonté de se rendre sur les lieux de l’attentant meurtrier de mars dernier. « C'est un acte symbolique et démocratique », a expliqué à l'AFP Bernard Pivot, président de l'académie Goncourt.

 

« Nous sommes très sensibles aux autres pays où l'on pratique la langue française, où il y a de la littérature française. Nous étions allés il y a deux ans à Beyrouth. Aujourd'hui, à Tunis, dans un pays qui a été la victime de deux attentats abominables en début d'année, nous sommes venus dire “tenez bon, on est avec vous”. »

 

Les quatre finalistes : 

 

Nathalie Azoulai, Titus n’aimait pas Bérénice (POL)

Hédi Kaddour, Les Prépondérants (Gallimard)

Mathias Enard, Boussole (Actes Sud)

Tobie Nathan, Ce pays qui te ressemble (Stock)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : P.O.L.
Genre : litterature...
Total pages : 320
Traducteur :
ISBN : 9782818036204

Titus n'aimait pas Bérénice

de Nathalie Azoulai

Quand on parle d'amour en France, Racine arrive toujours dans la conversation, à un moment ou à un autre, surtout quand il est question de chagrin, d'abandon. On ne cite pas Corneille, on cite Racine. Les gens déclament ses vers même sans les comprendre pour vous signifi er une empathie, une émotion commune, une langue qui vous rapproche. Racine, c'est à la fois le patrimoine, mais quand on l'écoute bien, quand on s'y penche, c'est aussi du mystère, beaucoup de mystère. Autour de ce marbre classique et blanc, des ombres

J'achète ce livre grand format à 17.90 €