Goncourt, Fémina, Renaudot, Médicis : des prix littéraires numériques ?

Clément Solym - 20.09.2010

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - numerique - prix - litteraire


Les quatre premiers grands prix de la rentrée littéraire ont été décochés, annonçant les listes de romans qui seront gratifiés par la suite. Mais qu'en est-il de l'offre ebook dans ces listes ? Petite enquête...

Il est difficile de quantifier la réelle production de livres numériques de cette rentrée. Alors que 76 ebooks sur la totalité des 701 romans sortis pour cette rentrée sont annoncés, nous avons pu découvrir que l'ensemble de l'offre n'était pas vraiment couvert. Outre l'oubli volontaire des pures players, comme Numerik:)ivres ou Publie.net, il était facile de se rendre compte que des éditeurs proposant la version papier et ebook n'étaient pas comptabilisés. Qu'en est-il cependant des listes de prix ?

En s'appuyant sur les librairies ePagine et Dialogues, nous sommes allés à la recherche des ebooks proposés. Pour le Fémina, les choses sont assez intéressantes. Sur 12 ouvrages, 6 sont disponibles en version numérique. Or, cinq sont de la maison Gallimard, ou appartiennent au groupe, le dernier étant de Grasset, donc Hachette Livre. En voici la liste.
  • Claude Arnaud pour "Qu'as-tu fait de tes frères ?" (Grasset)
  • Philippe Forest pour "Le siècle des nuages" (Gallimard)
  • Maylis de Kerangal pour "Naissance d'un pont" (Verticales)
  • Patrick Lapeyre pour "La vie est brève et le désir sans fin" (POL)
  • Olivia Rosenthal pour "Que font les rennes après Noël ?" (Verticales)
  • Violaine Schwartz pour "La tête en arrière" (POL)

Pour le Médicis, le constat est encore le même : les grands acteurs sont présents, Gallimard et Grasset, mais deux ouvrages de Seuil apparaissent. En tout, donc, 13 romans dispônibles en ebooks, sur les 17 que compte la liste.
  • Robert Bober pour "On ne peut plus dormir tranquille quand on a une fois ouvert les yeux" (P.O.L)
  • Olivia Rosenthal pour "Que font les rennes après Noël ?" (Verticales)
  • Maylis de Kerangal pour "Naissance d’un pont" (Verticales)
  • Geneviève Brisac pour "Une année avec mon père" (L'Olivier)
  • Claudie Hunzinger pour "Elles vivaient d'espoir" (Grasset)
  • Philippe Forest pour "Le siècle des nuages" (Gallimard)
  • Claude Arnaud pour "Qu’as-tu fait de tes frères ?" (Grasset)
  • Dominique Barbéris pour "Beau rivage" (Gallimard)
  • Jean-Baptiste del Amo pour "Le sel" (Gallimard)
  • Bernard Quiriny pour "Les assoiffées" (Seuil)
  • Thomas Heams-Ogus pour "Cent seize Chinois et quelques" (Seuil)
  • Jean-Baptiste Harang pour "Nos coeurs vaillants" (Grasset)
  • Jean Guerreschi pour "Bélard et Loïse" (Gallimard)

Pour le Renaudot, on prend les mêmes et on recommence. On notera cependant l'absence d'Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet, d'Antoine Bello, pourtant publié chez Gallimard. De même pour Le jour du roi, d'Abdellah Taïa paru chez Seuil, alors que deux autres auteurs présents dans cette maison sont en ebook. Sur les 15 ouvrages choisis, 8 sont ainsi disponible en ebook.
  • Le premier mot, Vassilis Alexakis (Stock)
  • Qu’as-tu fait de tes frères ?, Claude Arnaud (Grasset)
  • Amours et aventures de Sindbad le marin, Salim Bachi (Gallimard)
  • Le siècle des nuages, Philippe Forest (Gallimard)
  • La vie est brève et le désir sans fin, Patrick Lapeyre (P.O.L)
  • Fruits et légumes, Anthony Palou (Albin Michel)
  • Les assoiffées, Bernard Quiriny (Seuil)
  • Une soirée au Caire, Robert Solé (Seuil)

Et enfin, la liste du Goncourt, qui compte 14 romans sélectionnés.
On notera l'absence de Olivier Adam pour Le coeur régulier ( chez L'Olivier, alors que Geneviève Brisac, également publiée chez cet éditeur compte dans la liste. 7 ouvrages sont donc en version numérique, sur l'ensemble des nominés.
  • Vassilis Alexakis pour Le premier mot (Stock)
  • Thierry Beinstingel pour Retour aux mots sauvages (Fayard)
  • Maylis de Kerangal pour Naissance d'un pont (Verticales)
  • Patrick Lapeyre pour La vie est brève et le désir sans fin (P.O.L)
  • Amélie Nothomb pour Une forme de vie (Albin Michel)
  • Chantal Thomas pour Le testament d'Olympe (Seuil)
  • Karine Tuil pour Six mois, six jours (Grasset)

On pourrait donc croire de prime abord que les différentes sélections de prix proposent une offre à peu près équilibrée entre ouvrages papier uniquement et ebook. Simplement, nous retrouvons régulièrement plusieurs fois le même livre dans les différentes listes, ce qui fausse légèrement la donne.

Dans tous les cas, les grands groupes, à l'exception de La Martinière-Seuil, ont largement joué le jeu du livre numérique.