Google Art Project, visiter Versailles de chez soi

Clément Solym - 02.02.2011

Culture, Arts et Lettres - Expositions - google - arts - projetts


Après Street View, qui permet de se promener virtuellement dans les rues du monde entier, Google a développé le même concept dans les musées, afin de diffuser massivement le patrimoine artistique mondial.

Ce sont pour le moment dix-sept grands musées internationaux, dont le Tate Britain à Londres, et le MoMa à New York, qui collaborent à l’opération. En France, c’est le château de Versailles qui figure sur la liste. D’aucuns auraient attendu le Louvre, mais les discussions entre Google et ce dernier n’ont pas abouties. Voir le site de Art Project.

Toutefois, Versailles se prête bien à l’exercice. La majesté de ses salles amplifie le côté spectaculaire d’une telle visite : on peut avec plaisir se promener de salle en salle, admirer la galerie des Glaces et ses plafonds peints par Charles Le Brun et même se perdre dans les jardins, où l’on retrouve Street View.


Pas de Google Cars déboulant dans les couloirs magnifiques, mais un système de portiques à roulettes, qui permet de recréer une vision à 360 degrés composée d’images d’une qualité irréprochable. En particulier pour les dix-sept tableaux (un par musée) qui ont été sélectionnés pour être présentés en très haute définition, soit plus de 7 milliards de pixels. Par ailleurs, Google offre la possibilité, en cliquant sur une petite icône, d’accéder à différentes pages d’informations sur l’artiste ou l’oeuvre observée. (Via The Art Newspaper)

D’après Futura-Sciences, ce n’est certes pas la première fois qu’une visite virtuelle est possible, mais c’est la première fois qu’autant de propositions de visites sont regroupées sur un même site.

Encore un nouvel empan de la culture internationale que s’approprie le géant américain qui numérise déjà les livres par milliers. Toutefois, bien que cette opération ne soit pas commerciale, on peut se demander si elle ne va pas nuire à la fréquentation physique de ces hauts lieux de l’art. Pourquoi irions-nous jusqu’à New York voir « Les moissonneurs » de Bruegel, si ce même tableau est accessible sur nos iPhone ?

Sur ce sujet, Le Parisien a interrogé Jean-Jacques Aillagon, l’ancien ministre de la Culture et actuel président de l’établissement public du château de Versailles. Ce dernier explique à propos de la visite virtuelle du château : « Loin de se substituer à la visite réelle, elle stimule la curiosité et amplifie le désir des visiteurs du monde entier de venir à Versailles. »

On en convient, visiter un musée derrière un écran, ce ne sera jamais la même chose « qu’en vrai».



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.