Grand Prix des Lectrices de Elle 2013 : "sélection plombante", fête enjouée

Antoine Oury - 31.05.2013

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Grand Prix des Lectrices de Elle - Robert Goolrick - Rithy Panh


La couverture de Elle mois de juin n'est pas vraiment raccord : « Comment retrouver des jambes de rêve » ou quelque chose dans le genre, et surtout des trombes d'eau qui dégoulinent sur l'agrandissement à l'entrée de la cour des Salons France-Amériques. Peu importe : les ferventes lectrices, qui ne s'arrêtent pas seulement au magazine, vont pouvoir présenter leur sélection au monde.

 

 

  


Créé en 1969 par Hélène Lazareff, également derrière le magazine Elle, le prix se distingue des autres par son jury, uniquement non professionnel, et son mode de fonctionnement... bien particulier. « On reçoit les 7 livres en septembre, puis, de mois en mois, les 3 sélectionnés par chaque jury » : le journaliste mâle ne comprend pas bien, comme si les arcanes de la récompense réclamaient un certain état d'esprit.

 

Les explications du dossier de presse seront probablement plus limpides :

Huit jurys mensuels de quinze lectrices composent le Grand Jury de cent vingt lectrices. Chaque mois, de septembre à avril, et tour à tour, les huit jurys de quinze lectrices lisent sept livres (trois romans, deux documents et deux policiers) soumis à leur appréciation par la rédaction de ELLE. Ces lectrices commentent les sept ouvrages et les notent (de 0 à 20). La moyenne des notes ainsi obtenue permet de désigner les trois livres du mois, celui de la catégorie « roman », celui de la catégorie « document » et celui de la catégorie «policier». Tout au long de l'année, l'ensemble des cent vingt lectrices de ce grand jury est amené à lire, commenter et noter les huit romans, les huit documents et les huit policiers nommés « Livres du mois ».

Pour Séverine, rédactrice du blog Bla Bla Bla Mia l'inscription n'a pas été précédée d'une seule hésitation : « Il fallait que je sois jurée, alors j'ai envoyé une lettre un peu folle à la rédaction, accompagnée d'une fiche sur le roman de Grégoire Delacourt, et j'ai expliqué que j'étais en congé parental et que j'aurai donc le temps de bien lire chaque livre ! » On a l'explication pour le taux de natalité élevé des Français : l'exception culturelle.

 

Au moment de la remise du prix, les décideurs sont non professionnels, mais l'assemblée largement constituée de têtes connues, Largardère oblige. Dans la catégorie roman, l'américain Robert Goolrick est récompensé pour Arrive un vagabond, chez Anne Carrière (et en sa présence). Une autre Américaine, Gillian Flynn, reçoit la mention de la catégorie Policier pour Les apparences (Sonatine), et Rithy Panh, dans la sélection Document, voit son ouvrage L'Élimination (avec Christophe Bataille, Grasset) distingué. Marc Dugain, lui, reçoit le 3e Prix des Lycéennes de Elle pour Avenue des Géants (Gallimard).

 

 

Robert Goolrick, lauréat, a fait le déplacement

 

 

C'est après les annonces que le journaliste profitera du jury non professionnel, qui ne craint pas de partager ses impressions : « J'ai trouvé la sélection assez plombante » commente une lectrice, « Les apparences, c'est un choix facile, un page-turner sans grande surprise » poursuit une autre. Non-professionnelles, peut-être, mais résolument tournées vers les auteurs et leurs ouvrages : « Nous avons rencontré les finalistes au moment du Salon du Livre, même si tous les livres n'avaient pas été distribués  » explique Nelly.

 

Désormais, pour le Grand Jury 2013, il reste à attendre 3 ans pour pouvoir à nouveau tenter sa chance en tant que juré littéraire, une expérience que beaucoup envisagent de reproduire, en fonction du temps disponible dans la vie d'une femme moderne, bien sûr...

 

Mais tout n'est pas que littérature : « J'ai le numéro de Michaël Coheeeeen !! »