Guerre littéraire fratricide : Turin contre Milan, pour un salon du livre italien

Nicolas Gary - 01.08.2016

Culture, Arts et Lettres - Salons - salon du livre Italie - Milan livre italie - Turin livre Italie


La chaleur estivale n’y change rien : depuis que les instances de l’édition italienne, l’associazione italiana degli editori (AIE), ont pris leur décision, le secteur implose. Créer une nouvelle manifestation littéraire à Milan, au détriment de celle historique de Turin, a mené le syndicat des éditeurs à un schisme pour l’heure irréversible. Et dans le cœur des lecteurs, la décision n’est pas plus appréciée, comme en témoigne une récente pétition.

 

Lingotto, Salone del Libro 2011, Oval Lingotto

Luca galli, CC BY 2.0

 

 

Derrière un simple conflit territorial se profile un bouleversement de grande ampleur. En choisissant de créer une nouvelle société chargée de l’organisation d’événements littéraires, notamment un salon du livre à Milan, le conseil général de l’AIE a mis le feu aux poudres. À l’initiative de son président, Federico Motta, l’association s’embarque dans une guerre de tranchées, dont ni le livre ni la lecture ne sortiront vainqueurs.

 

C’est en substance ce que plusieurs maisons indépendantes ont fait savoir, en cosignant un courrier où elles dénoncent le stratagème employé. Mais surtout, elles font toutes savoir qu’elles quittent l’AIE, considérant que cette dernière n’est plus représentative de leurs structures. 

 

« Parce que, au-delà des moyens alloués, nous aurions préféré une décision qui soit “en faveur” de la lecture, du public, des lecteurs et de ceux qui n’ont pas encore découvert les plaisirs de tourner des pages », expliquait Minimum Fax. 

 

Et Nottempo d’ajouter : « Nous trouvons totalement inacceptable la décision du conseil de l’association de boycotter l’événement italien le plus important dédié à la lecture et au livre, et le manque de volonté de trouver des solutions communes. »

 

Une fenêtre pour les petites maisons, ouverte sur l'international

 

C’est sur internet que la révolte se poursuit : une pétition ayant déjà réuni 13.500 signatures demande que le salon international du livre reste à Turin, et non à Milan. « Voici plus de 25 ans que, chaque année, se tient à Turin le Salon international du livre. Depuis quelque temps, les Milanais cherchent à l’accaparer par des méthodes pernicieuses (par exemple, des foires et des manifestations liées au monde du livre, qui se déroulent à la même période), comme ils l’ont fait avec d’autres choses. »

 

Et de réclamer donc que cesse cet affrontement, pour que le salon historique de Turin, qui célèbre sa 30e année, reste la foire de référence.

 

Prenant la parole dans le cadre de cette pétition, add editore, maison située à Turin, souligne que le salon qui « fait partie du patrimoine culturel italien, est de plus en plus perçu par les professionnels de l’édition à l’étranger, comme un moment significatif de rencontres, de dialogues et de travail en commun ». 

 

Bien entendu, il est indéniable que le salon connaît des troubles : les récentes arrestations survenues dans la société organisatrice le démontrent. Toutefois, note l’éditeur, la manifestation s’est inscrite dans un calendrier global, tant pour les maisons italiennes que pour les éditeurs étrangers. 

 

D’autant que ce salon permet véritablement à l’édition italienne de présenter ses plus grandes réussites aux maisons venues du monde entier. « Le salon du livre international, peut-être peu connu du grand public, est vital pour la santé de l’édition italienne, en particulier les petits éditeurs qui disposent de peu de ressources pour prendre part aux foires commerciales à l’étranger, et donc n’ont que peu de possibilités d’échanger », note add editore. 

 

La pétition, pour sa part, affirme simplement : « Nous disons NON à ce “vol” ! Le SalTO (Salone Internazionale del Libro) reste à Turin. Courage à tous. »

 

Un renouveau en 2017, pour affirmer sa légitimité 

 

De leur côté, les organisateurs de la manifestation ont annoncé, ce 29 juillet, que l’édition 2017 allait présenter un nouveau projet et de nouveaux statuts. La maire de Turin Chiara Appendino s’est entretenue à ce sujet avec le président du comité, Sergio Chiamparino, pour établir la feuille de route.

 

Les dates de la 30e édition, du 18 au 22 mai 2017 ont été confirmées, et dans l’intervalle, le mois d’août servira à prolonger la réflexion sur le développement du salon. Au programme sont d’ores et déjà prévus de nouveaux regards sur les start-ups de l’édition, les outils de publication numérique naissants, mais également l’importance de la lecture. 

 

Éditeurs, libraires, bibliothécaires, lecteurs, écrivains, designers seront tous conviés pour démontrer que la manifestation a toute sa place dans le paysage – et peut conserver sa légitimité...