Hélène Carrère d'Encausse : l'Académie, les ebooks et Poutine

Antoine Oury - 14.09.2013

Culture, Arts et Lettres - Salons - Livre sur la Place 2013 - Hélène Carrère d'Encausse - Vladimir Poutine


La venue de la Secrétaire perpétuelle de l'Académie française, Hélène Carrère d'Encausse, résonnait comme un honneur tout particulier : en sa quatorzième année à un poste unique dans l'institution, l'auteure publie Les Romanov, une dynastie sous le règne du sang, chez Fayard. Et a pu profiter de l'Opéra pour s'exprimer lors d'une rencontre.

 

 

Hélène Carrère d'Encausse

 

 

En 26 ouvrages - Françoise Rossinot, femme du maire, les a dénombrés - Hélène Carrère d'Encausse a retracé l'histoire politique de la Russie, par ceux qui l'ont fait : Lénine, Staline, Catherine II, Nicolas II, Alexandre II... Elle explique : « J'étais une ennemie du système en URSS. Mais, après l'éclatement, les archives me sont devenues largement accessibles. »

 

Et c'est toute une dynastie qu'elle suit désormais, avec Les Romanov : de Pierre Le Grand à Nicolas II, l'auteure concentre en 400 pages la somme de sa technique biographique. Mais n'en néglige pas pour autant sa fonction : réprésentante publique de l'Académie, elle est convaincue de son « influence sur la langue de demain ».

 

Pourquoi ? « Avant, nous avions des lieux de paroles à grande échelle, et maintenant des blogs qui permettent à chacun de diffuser à grande échelle », affirme-t-elle. « Depuis 1968, le doute a été jeté sur les institutions, mais leur popularité est remontée depuis. La rubrique "Dire, Ne pas dire" sur le site est particulièrement consultée. Car, dans cette dispersion dans légitimité, où est la vérité ? »

 

 Ici, probablement, ou dans l'ouvrage de son fils Emmanuel Carrère, Limonov, qu'elle apprécié bien qu'il n'en soit pas de même pour le personnage : « Je n'aime pas Limonov, on avait conseillé à mon fils de faire attention à son entourage, aux gangsters qu'il a autour de lui. »

 

Quant à son regard sur l'actuel chef de la Russie, « indulgent » d'après Françoise Rossinot, il expose quelques faits : « Poutine est fasciné par Pierre Le Grand, il est d'ailleurs né à Saint-Pétersbourg, où est enterré l'empereur. Comme lui, il a su qu'il fallait reconstruire la Russie. Pierre le Grand voulait la puissance occidentale pour la Russie, Poutine l'a fait. En 10 ans, il l'a remise au coeur de la scène internationale. »

 

 

 

Impossible de résister : nous avons demandé à Madame Carrère d'Encausse si elle utilisait une tablette ou un reader pour ses lectures et fouilles d'archives : « Jamais. Je sais lire en numérique, les membres de l'Académie savent lire aussi, je ne crois pas qu'il y en ait beaucoup qui se fatiguent à ça. En principe, nous aimons beaucoup les livres, d'abord. »

 

Toutefois, le terme « liseuse » sera bel et bien présent dans le dictionnaire : « Certainement, il a été admis par la commission générale de terminologie, et donc par nous », étant donné que la rédaction se fait sous direction de la secrétaire perpétuelle... 

 

Mais il faudra attendre un moment avant la publication du mot dans le dictionnaire : cela ne surviendra qu'à l'occasion de la dixième édition, car il est impossible d'ajouter un mot en cours de rédaction, comme le précise Wikipédia :

Il n'y a pas d'actualisation de cette rédaction. Si le mot « créativité » n'avait pas été admis — à la suite de l'intervention de Louis Armand — dans la neuvième édition, il n'aurait eu quelques chances de le devenir qu'à l'occasion de la dixième édition dont il n'est pas possible aujourd'hui de prévoir la date.

 

Toutefois, le site de l'Académie, avant que le visiteur n'accède au dictionnaire en ligne, précise que des addenda sont régulièrement intégrés au dictionnaire, en raison des « évolutions rapides de l'usage et, en particulier, le développement sans précédent du vocabulaire des sciences et des techniques ». « Ces addenda sont d'ores et déjà consultables sur notre site ; ils figureront également en annexe dans le quatrième tome du Dictionnaire », précise le site.

 

Probablement la dixième version, donc, sauf si la liste des addenda n'est pas exhaustive... Espérons que le dictionnaire ne sera pas passé au tout numérique d'ici là, comme l'Encyclopédie Universalis ou l'Encyclopedia Britannica... Le Dictionnaire de l'Académie dispose déjà d'une version en ligne, mise au point avec la collaboration de l'ATILF (Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française).