Hivernages : la science-fiction et l'apocalypse récompensées

Clément Solym - 07.05.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix horizons imaginaires - prix littéraires Québec - fondation lire réussir


Le jury intercollégial du Prix des Horizons imaginaires a désigné Maude Deschênes-Pradet comme lauréate de la troisième édition du prix, pour son roman Hivernages paru aux Éditions XYZ. Le prix lui a été décerné le 4 mai dernier dans le cadre du Congrès Boréal de science-fiction et de fantastique, à Sherbrooke. En plus d’un trophée conçu par l’artiste Karl Dupéré-Richer, l’auteure obtient une bourse de 500 $.
 

Hivernages a séduit les étudiants du jury intercollégial par la volupté enveloppante de son hiver éternel, par la chaleur humaine de ses personnages insolites et par son style teinté des nombreuses nuances de la glace et du froid. Une magie boréale flotte dans le fond de l’air qu’on y respire, piquante comme la fourrure du chien sauvage et les épines odorantes du sapin.
 


 


Lorsqu’on ne se perd pas dans les profondeurs nocturnes de Ville-Réal, on s’aventure dans une église en ruine sous le regard scrutateur de mille pigeons, et si le gel fait son lot de victimes, il force aussi les réunions inattendues, qui nous permettent de mieux repousser la mort, ensemble, une page à la fois.
 

De septembre 2018 à avril 2019, des étudiants de neuf établissements du réseau collégial québécois ont lu cinq romans de science-fiction, de fantastique et de fantasy sélectionnés pour eux par un comité formé de spécialistes (critiques, libraires, enseignants, etc.).
 

Hivernages est un roman troué ; un hiver qui ne s'est pas terminé, raconté par fragments et dans le désordre. Différents personnages tentent de survivre au froid, à la solitude, à la mort. Deux sœurs qui s'aiment trop, une fillette aux mains crochues, un garçon qui refuse de se couper les cheveux, un vieux qui a oublié son nom, des vieilles qui mangent des beignets dans une ville souterraine, une femme qui n'a jamais connu d'orgasme, tous survivent à la tempête dans un paysage d'aurores boréales. 



Outre Hivernages de Maude Deschênes-Pradet, les autres œuvres finalistes étaient :

Le Potager de Marilyne Fortin (Québec Amérique)
De synthèse de Karoline Georges (Alto)
La Ruche de Michèle Laframboise (Les Six Brumes)
Borealium tremens de Mathieu Villeneuve (La Peuplade)
 

La 4e édition du Prix des Horizons imaginaires annonce ses finalistes 
 

Par ailleurs, le dimanche 5 mai au même congrès, en prévision de la quatrième édition du Prix des Horizons imaginaires, dont les activités se tiendront dorénavant de septembre à novembre, les prochains livres finalistes ont été dévoilés. Il s’agit de :

    • Nés comme ça de Dave Côté (Les Six Brumes)
    • Ganymède, t. 1 – Les sarcophages de Nicolas Faucher (Michel Quintin)
    • Faunes de Christiane Vadnais (Alto)

Le Prix des Horizons imaginaires encourage le plaisir de lire des collégiens grâce à la découverte d’œuvres curieuses et inspirantes qui rendent bien compte de la production actuelle des littératures de l’imaginaire francophones d’ici.

Tout au long de l’année scolaire, les étudiants lisent les œuvres, en discutent dans le cadre d’activités pédagogiques encadrées par les établissements participants et prennent part à des rencontres avec les auteurs.


Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.