Hong Kong Book Fair : les éditeurs jouent les prolongations, pas les hôtesses

Clément Solym - 26.07.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - Hong Kong Book Fair - éditeurs - typhon Vicente


Alors que la Foire du livre de Hong Kong allait fermer ses portes avec un bilan plutôt bon malgré Vicente, (voir notre actualitté) le typhon qui a traversé la Chine en laissant une dizaine de morts sur son passage, une partie des éditeurs présents sur place a tenu à rentabiliser leur emplacement en jouant les prolongations, histoire de rattraper les quelques heures de fermeture exceptionnelle. Pendant ce temps, les modèles féminins les plus déshabillés se sont fait refouler de la foire. Goujats !



IMG_8243

C'est pas du Reed Expo, ça... (auteur : paulwan8)



Frustrés par la fermeture anticipée de la Foire du Livre de Hong Kong, pour cause de typhon, tout de même, 60 des 530 éditeurs présents ont décidé de continuer à vendre des livres le dernier jour de l'évènement, repoussant la fermeture à 20 h au lieu de 17 h. Lundi, les organisateurs avaient dû fermer les bâtiments à 17 h 45, privant les stands d'un public qui aurait dû flâner dans les travées jusqu'à 22 h, à l'occasion de la nocturne exceptionnelle. Le lendemain, le Salon avait de nouveau ouvert plus tard, toujours à cause de Vicente.

 

Li Fuk-Nam, de la maison Cosmos Books, a sévèrement critiqué l'organisation, n'hésitant pas à qualifier l'édition 2012 de « pire Salon du livre ». Les éditeurs de Taïwan sont eux aussi montés au créneau, mais pour d'autres raisons : selon eux, l'espace qui leur est alloué est très insuffisant : « Beaucoup d'éditeurs de Taïwan attendaient cette foire du livre avec impatience, mais n'ont pas pu venir à cause du quota des organisateurs, qui nous limite à 50 éditeurs présents » explique Yen Chung, éditeur du pays.

 

Les organisateurs avaient pourtant fait un effort, en excluant toutes les hôtesses légèrement vêtues du Salon : les jeunes femmes avaient l'avantage d'attirer les « otaku » - et les autres aussi, faut pas croire - les geeks asiatiques. Les autres années, les séances d'autographes de portfolio se multipliaient, bloquant les travées de la foire et provoquant la colère des autres éditeurs aux auteurs plus couverts. Il y a quelques années, certains avaient même demandé l'affichage d'un panneau à l'entrée de la foire : « Les jeunes modèles et les chiens ne sont pas admis ».

 

On a comme l'impression qu'il s'agit de jeter le voile sur les jeunes femmes...