Ian Fleming : un plan 'James Bond' pour tromper les Nazis

Clément Solym - 09.04.2008

Culture, Arts et Lettres - Salons - Ian - Flemming - exposition


Le complot concocté par Ian Fleming en septembre 1940, plus d’une décennie avant qu’il ne crée James Bond, était si brillamment absurde qu’on pourrait le considérer comme le prototype des missions 007. En tant qu’officier des renseignements navals durant la Seconde Guerre mondiale, il fut l’architecte de l’Operation Ruthless (opération sans pitié), un projet qui aurait inspiré l’intrigue de Bons baisers de Russie, visant à récupérer un livre de code allemand.



Tatatata, tatatatatatata, tatata tatatata (air de James Bond...)*

Son projet qui prévoyait un faux accident d’avion et des commandos déguisés est détaillé au Musée Imperial de la Guerre pour une nouvelle exposition. Operation Ruthless fut créee alors que les craqueurs de code à Bletchley Park réalisaient qu’ils ne pouvaient pas déchiffrer les messages de la marine allemande sans leurs tables de conversion. Fleming pondu alors un plan pour « s’accaparer le butin »

Il voulait emprunter un bombardier de la Luftwaffe et feindre un accident pour attirer un navire de secours allemand venant sauver ses hommes dans la Manche. Les hommes de Fleming auraient pris d’assaut l’équipage et se seraient enfuis avec le livre de code. Bletchley Park trouvait le « plan très ingénieux ». On fournit un bombardier Hienkel He 111 et quelques uniformes allemands. Fleming monta son équipe et attendit à Douvres le moment propice.

Tatatatatata, tatatatatata (la suite...)**

Ce moment ne vint jamais. Le projet fut abandonné en raison du trop faible nombre de navires de secours opérant la nuit. On craignait également que l’équipage se tue durant le faux accident ou se noie avant d’être secouru. Comme Fleming le répétait après le succès planétaire des livres Bond : « La véritable histoire des Services Secrets est réellement fantastique… ni plus ni moins que ce qu’il se passe dans les aventures de James Bond. »

Il était très imaginatif en ce qui concerne les complots. Parmi ses étranges projets, on pouvait compter : fabriquer des Reichmarks pour perturber l’économie allemande, offrir à la marine française le territoire de l’île de Wight jusqu’à la fin de la guerre. L’exposition For Your Eyes Only : Ian Fleming et James Bond, réunit beaucoup d’effets personnels de Fleming avec des memorabilia des films et des livres pour découvrir où commence et s’arrête la fiction

Tatatata, tatatatatatata, tatata tatatata (final ad libitum...)***

On y trouvera aussi bien ces recettes d’œufs brouillés de l’auteur que le bikini porté par Halle Berry dans Meurs Un Autre Jour. Selon James Taylor, le conservateur de l’exposition, « Il se trouva un rôle dans la vie pour la première fois lors de la guerre. Il obtint un boulot d’assistant directeur des Renseignements Navals grâce au réseau de son école, mais il excella dans son rôle par son intelligence, son inventivité et son charme personnel. »

Après la guerre, Fleming devint journaliste de nouveau puis écrivain, expédiant Casino Royale en 1952 et 11 autres romans avant sa mort en 1964, à l’âge de 56 ans.

Une exposition pour le centenaire

Mr Taylor explique que : « La plupart des héros et scélérats des romans sortent de ses expériences de guerre. Au moment où il écrivait, les vrais services secrets britanniques étaient en proie à la confusion avec le départ de Burgess, MacLean et Philby, étant les exemples les plus gênants. Bond était un moyen de projeter la Grande-Bretagne au premier rang des puissances en dépit de tout… » ajoute-t-il.

Vous pouvez retrouver l’exposition For Your Eyes Only: Ian Fleming and James Bond à l’Imperial War Museum de Londres du 17 avril 2008 au 1er mars 2009. Vous n'êtes pas sans savoir que c'est l'anniversaire de la créature et du créateur cette année...

* et ** et *** tout droit de reproduction John Barry ou Monty Norman, comme vous préférez...