“Il était une seconde fois”, retourner (dans) le temps, et retrouver l'amour

Victor De Sepausy - 31.07.2019

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - série Guillaume Nicloux - voyage temps - seconde fois


Réalisée par Guillaume Nicloux, qui signe également le scénario avec Nathalie Leuthreau, Il était une seconde fois est une mini série qui sera diffusée à partir du 29 août sur Arte. L’histoire d’une autre chance donnée à un homme de retrouver celle qu’il aime, et a perdue. 



 
Après une rupture douloureuse, Vincent (Gaspard Ulliel) a l’opportunité de reconquérir Louise (Freya Mavor), son amour perdu en retournant dans le passé. Pour sa première série, Guillaume Nicloux s’approprie le motif du voyage dans le temps et raconte une quête amoureuse et existentielle.

Le romancier et scénariste, fan de Houellebecq au point de travailler sur l’adaptation de Soumission en série avec l’écrivain, propose ici une histoire d’amour contemporaine, qui réinvente le motif du voyage dans le temps. 

En plein désarroi sentimental après une rupture, un jeune homme a la possibilité de revenir dans le passé pour reconquérir sa belle. Privilégiant les questions plutôt que les réponses, Guillaume Nicloux construit un itinéraire dans des temps parallèles, donnant progressivement une dimension métaphysique à la quête amoureuse de Vincent. 


 
Entourés de seconds rôles qui participent à la savoureuse étrangeté de cet univers, Gaspard Ulliel et Freya Mavor forment un couple habité et donnent à leur histoire romantique et tragique un souvenir entêtant. 

Au menu, quatre épisodes qui racontent une « quête existentielle », assure le réalisateur, dont le film Thalasso avec Houellebecq et Depardieu sortira le 21 août. « Mais il ne s’agit pas d’une série traditionnelle... Cela m’amusait d’y intégrer certains artifices propres à ce format, en les détournant : par exemple, installer de la tension en fin d’épisode, et, dans le suivant, ne pas reprendre le récit là où on l’attend... », précise-t-il. 



 
Une manière de stimuler le suspens pour nourrir l’histoire plus encore. « Je ne suis pas l’inventeur de ce procédé, présent dans certaines séries, mais d’une manière générale, j’essaye toujours de donner au spectateur la possibilité de se laisser mener par autre chose qu’une logique de résolution. »


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.