'Impensable de fêter le Mexique en France !'

Clément Solym - 11.02.2011

Culture, Arts et Lettres - Expositions - cassez - année - mexique


L'année du Mexique en France vise aussi à « développer de façon durable les partenariats entre acteurs culturels, collectivités territoriales, sociétés civiles et entreprises des deux pays ». Mais depuis quelques jours, les relations entre les deux pays sont particulièrement tendues.

Charlotte Cassez, la mère de Florence Cassez, réclame ce vendredi au président Nicolas Sarkozy l'annulation de l'année du Mexique en France. Une déclaration faite lors d'une conférence de presse dans le cabinet de son avocat français à Lille.

« Je veux qu'on demande l'annulation de l'année du Mexique en France (...). On aimerait que Nicolas Sarkozy accepte l'annulation de l'année du Mexique », a-t-elle déclaré dans le cabinet de l'avocat Frank Berton, trois jours avant l'entrevue que les parents de la jeune femme, condamnée à 60 ans de prison pour enlèvement au Mexique, doivent avoir avec le chef de l'État français à l'Élysée.

« Il est impensable de fêter le Mexique en France tant qu'elle sera là-bas (...) On attend des actes, des actions fortes, des réactions. Il faut bouger ». La mère de l’accusée réclame aussi le « boycott de destinations touristiques au Mexique ». (via Le Parisien)

La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, n’a pas attendu pour réagir, dénonçant hier soir un « déni de justice » qui « va peser sur les relations bilatérales », après le rejet au Mexique du recours en cassation de Florence Cassez. Elle a aussi annoncé sa détermination à ne participer à aucune manifestation de l’Année du Mexique et a rapidement convoqué l’ambassadeur du Mexique à Paris.

La ministre n’a pas mâché ses mots pour décrire l’affaire, évoquant un « montage policier », une « violation de la présomption d'innocence », une « absence d'enquête véritable », une  « mise à l'écart des témoins présentés par la défense », la « prise en compte de témoignages à charge malgré leurs incohérences » et des « actes d'intimidation ».

Commentant les propos de la ministre, Charlotte Cassez a déclaré : « ça m'a fait très plaisir. C'est une parole très forte qu'on a appréciée beaucoup ». Et a souligné l'importance pour sa fille des démarches entreprises pour obtenir sa libération. « Pour elle, l'action c'est quelque chose qui la fait avancer, qui lui donne un peu de courage et d'espoir », a-t-elle dit, ajoutant que Florence était « très forte ». (Via Le nouvel obs)



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.