Inattendu André Gide : “J’ai obtenu de me faire une âme disponible”

Nicolas Gary - 10.07.2019

Culture, Arts et Lettres - Expositions - exposition Gide - Galerie Gallimard - André Gide exposition


Voilà 150 ans que naissait André Gide, le 22 novembre 1869. De l’Immoraliste à la Porte étroite, l’auteur a laissé bien des œuvres, documents, lettres, que la galerie Gallimard propose de découvrir. Un hommage rendu à l’un des inspirateurs de notre modernité, et fondateur de la Nouvelle Revue Française. Un choix d’objets parfois insolites, comme sa redingote ou une canne offerte par Francis Jammes, jusqu’aux lettres adressées à Gaston Gallimard, et des portraits, et d'autres choses encore…

Portrait d'André Gide par Maurice Denis
portrait par Maurice Denis
 

C'est en partenariat avec la Fondation des Treilles, la Fondation Catherine-Gide et le Musée Georges-Borias d’Uzès, que se déroule l'exposition – encore accessible jusqu'au 20 juillet. Gide, vraiment inattendu ? En tout cas dévoilé tel qu'on s'y attend. 
 
Farouche défenseur de sa propre liberté d’être, et bien trop pour tenter de l’imposer à tout autre, Gide « s’est attaché à garder les yeux ouverts sur l’inconnu, l’étranger et l’inconvenant », explique la maison. De là à ce qu’il étonne encore, le pas se franchit devant les quelque soixante pièces que l’exposition propose.

IMG_8483

 
Des portraits photographiques aux dessins, c’est le goût de l’image chez lui que l’on ressent. « Je me sens capable de tous les troubles et de rares inquiétudes, mais cela même me prouve que j’ai obtenu ceci pour quoi j’ai beaucoup travaillé : se faire une âme disponible », lançait Gide en janvier 1984.

Masque funéraire : Dante, Beethoven, Goethe redingote de Gide (1890)

 
Une orientation plus complexe que ces masques funéraires de Beethoven, Goethe, Leopardi ou encore Dante, qu’il évoquait d’ailleurs dans son introduction au Théâtre de Goethe, justement. C’était l’époque de l’occupation allemande, en 1942, quand il brosse le portrait d’un poète fantastique — dont la confiance en l’homme fut la grandeur et la faiblesse, indique Gide. La première, parce qu’absolue et sans recours à la grâce, la seconde en ce qu’elle « néglige toute part d’ombre, et le risque de s’y complaire ». Impitoyable Gide, de fait.

Ici, une canne, donc, là un vinyle de propagande soviétique, aux côtés de son passeport. Là, c’est une cantine de voyage, qui l’aura accompagné au Tchad et au Congo, datée de 1925. 

Cantine de voyage (Tchad et Congo)

 
Et puis, il y a des fabrications : qu’un tiroir à casse d’imprimerie passe par là, et voici qu’avec du fil de cuivre, un stylo à encre, il se met à découper les mots, suspendre un livre, objet soudainement insolite entre tous. 

IMG_8470

 
« Ton amitié sert de lien entre des êtres qui, sans toi, ne se seraient pas rencontrés. Elle les unit assez fort pour qu’ensuite, même en ton absence, ils se sentent un peu pareils », lui écrivit Marcel Droui, en 1894. 

Gide et Eugène Dabit en URSS
Avec Eugène Dabit, en URSS

 
Des lettres, adressées à Gaston Gallimard, pour évoquer le travail de Simenon, pour parler de ses propres textes, de ses liens avec la NRF ou encore de la traduction de Typhon de Joseph Conrad : autant d’instants de vie captés, qui rejoignent les ouvrages que l’écrivain nous a laissés. 

IMG_8469
IMG_8468
IMG_8467

 

« Quelque chose d’étrange, de bizarre, et qui vous saisisse. C’est cela que je souhaiterais, sachant bien que seul l’inattendu peut ravir et plonger en état de transe », écrivait-il dans son Journal, le 8 février 1934. À découvrir.





Crédit photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.