"Intelligentsia" présente des archives franco-russes inédites

Clément Solym - 21.11.2012

Culture, Arts et Lettres - Expositions - russie - exposition - archives


Intelligentsia, c'est le nom de la nouvelle exposition qui se tiendra du 28 novembre au 11 janvier à l'Ecole des Beaux-Arts, à Paris. Comme le souligne l'AFP, elle bénéficie de « l'ouverture exceptionnelle » des archives de la Fédération de Russie et de l'accès à des fonds méconnus en France, et dresse, « pour la première fois depuis l'effondrement du bloc soviétique », un panorama des échanges intellectuels franco-russes au XXe siècle. Intelligentsia sera le dernier moment fort de l'année littéraire France-Russie 2012.

 

 

 Илья Эренбург, художник Пиньон и Пабло Пикассо в Ницце 26 января 1963 г. в день рождения советского писателя. Фотография раскрашена Пабло Пикассо.
© Archives privées Saint-Pétersbourg (via Maxime and Co)

 

 

L'Institut français et la direction des Archives du ministère des Affaires étrangères sont à l'origine de l'exposition qui révèle les relations qui ont pu se tisser, au cours du XXe siècle, entre les écrivains et les intellectuels français et russes. Autour de 300 documents inédits d'échanges culturels, qui regroupent des correspondances, des journaux intimes, des photographies, des éditions originales, mais aussi des films et des dessins, l'exposition essaie de mettre à jour une histoire bien souvent dramatique, au cœur des relations diplomatiques tendues qui ont marqué les deux pays.

 

L'exposition montre « que les contacts entre intellectuels n'ont jamais cessé de 1917 à 1991, en dépit des bouleversements historiques », précise l'AFP. Les archives illustreront notamment le célèbre voyage en URSS d'André Gide, l'affaire Pasternak, la participation d'Aragon et d'Elsa Triolet au Comité d'attribution des prix Lénine en avril 1959.

 

« Emigrés ayant fui la révolution bolchévique, compagnons de route séduits par l'utopie révolutionnaire, dissidents de l'ère brejnévienne, intellectuels français revenus de leurs illusions. Les œuvres et personnalités de Kessel, Bounine, Berberova, Sarraute, Barbusse, Gide, Eluard, Sartre, Aragon, Kozovoï et Soljenitsyne seront au cœur de ce projet », apprend-on.

 

L'ensemble du projet est placé sous le patronage d'Hélène Carrère d'Encausse. La scénographie est réalisée par Andrey Pavlov et présente 7 thèmes : Premiers témoignages sur la Révolution de 1917 ; L'accueil des exilés russes en France ; Le voyage en URSS ; La politique d'influence de l'Union soviétique ; Etre écrivain et communiste ; « Désaccords » et procès ; La France et les dissidents.

 

« Il ne s'agit pas de rassembler des pièces à conviction au tribunal de l'Histoire: l'archive exposée ne juge pas, elle informe, étonne, émeut et interroge. Et le document brut peut être lu entre les lignes », soulignent les organisateurs dans le dossier de presse.

 

Du côté russe, une exposition similaire sera établie à Moscou en mars 2013, aux Archives d'État de la Fédération de Russie (GARF).