Ivre (de travail), il dort au Salon pour en assurer la couverture

Antoine Oury - 24.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Salon du Livre de Paris - nuit - Porte de Versailles


À force de voir les yeux du Salon du Livre rivés en permanence sur la page d'accueil d'ActuaLitté, nos chers lecteurs ont pu noter que toute notre attention, ainsi que notre personne, était en permanence Porte de Versailles. Pendant quatre jours, nous avons usé nos semelles sur la moquette rêche, et grelotté dans la salle de presse glaciale. Puis vient la nuit...

 


Salon du Livre de Paris 2014

Le Salon du Livre, de jour (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

C'est un fait connu : le journaliste est un fainéant : après une moyenne de 15 articles par jour consacrés au Salon, il a du mal à le quitter, et l'idée de prendre le métro pour rentrer chez lui l'écoeure. Pourquoi ? Parce qu'il y retrouvera à nouveau le monde qu'il a dû éviter dans la journée, parcourant les travées vitesse grand V pour un autre événement à couvrir.

 

Se propose donc, voire s'impose, le plan B : squatter le hall 1 pour la nuit. En théorie, c'est impossible, et même interdit : le Parc des Expos, une fois l'heure passée, redevient un lieu privé, et s'y trouver relève de la violation de propriété. Mais en pratique...

 

Petit guide du Salon du Livre, de nuit.

 

Pensons d'abord aux abblutions : après une journée de travail acharné, c'est un passage obligé. Parce que l'hygiène, c'est important. PocketBook a pensé à tout, en proposant de petits bacs d'eau qui pourront, à l'occasion, servir de lavabo, ou de bidet. Pour des raisons évidentes, nous épargnerons au lecteur la séance photos des lavements...

 

 

Sans titre

 

 

Il faut savoir que, de jour comme de nuit, le hall 1 du Parc est dénué de toute forme de chauffage. C'est d'ailleurs les doigts transis que nous écrivons ce rapport en direct. Heureusement, c'est cette fois Kobo qui a trouvé une solution, certes rustique mais sur laquelle on peut compter. Ah, que ferait-on sans ces innovateurs numériques ?

 

 

Sans titre

 

 

Pour dormir, pas besoin d'aller bien loin : le splendide canapé d'angle gris anthracite, toujours sur le stand de Kobo, fournira un espace agréable, isolé des regards inquisiteurs des gardiens grâce à de délicats rideaux.

 

 

Sans titre

 

 

Vous noterez que la photo a été prise de jour, car il est difficile de faire un selfie en dormant...

 

Les rideaux couleurs jaune vomi du Salon du Livre pourront également, à l'occasion faire de parfaites couvertures d'appoint.

 

 

Sans titre

 

 

Pour se déplacer dans le Salon, c'est peut-être le plus simple : certes, il faudra éviter les gardiens de nuit, vigilants les premières heures. Ensuite, de savants calculs nous ont permis de déterminer qu'ils n'effectuaient leur ronde que toutes les heures, avec une probabilité plus ou moins forte, selon les bruits de canettes, d'un détour par les toilettes les plus proches. Rien de bien méchant, finalement.

 

Au rang des moyens de locomotion, le choix est donc vaste : soit les tire-palettes, en nombre dans les coulisses du Salon...

 

 

Sans titre

 

 

...soit, plus bruyant mais bien plus swag, la locomotive tracteur. 

 

 

Sans titre

 

 

Avec un peu d'observation, vous noterez que les photos ci-dessus ont été prises de jour : et pour cause, une fois que le crépuscule a étendu sa cape, le hall devient un entrepôt inquiétant, plongé dans la pénombre, rendant tout art photographique impossible.

 

Fumeur ? Pas de problème : de jour comme de nuit, la tolérance est de mise, au Salon du Livre. C'est que l'édition tire des taffes comme personne...

 

 

Sans titre

 

 

 Au rayon des distractions, par contre, c'est plus délicat : le journaliste expérimentateur ne sachant pas lire, il a bien fallu trouver d'autres choses pour l'occuper.

 

Une partie de dés avec les éditions P.O.L. :

 

 

Sans titre

 

 

Ou bien, taper dans la petite balle blanche dans les toilettes improbables du premier étage du hall 1 :

 

 

Sans titre

 

 

Taper dans la balle, mettre dans le trou... avec son club bien sûr...

 

 

Sans titre

 

 

Non mais, vous vous attendiez à quoi ?!!

 

Un excellent point, à retenir, cependant, malgré une nuit plutôt agitée : un bon stock de papier hygiénique....

 

 

Sans titre

 

 

Toutes les photos de cet article sont sous licence CC BY-SA 2.0, sur le compte Flickr d'ActuaLitté.