J. D. Salinger, sa vie, son oeuvre à la Bibliothèque publique de New York 

Camille Cado - 07.10.2019

Culture, Arts et Lettres - Expositions - J. D. Salinger oeuvre exposition - J. D. Salinger vie exposition - Bibliothèque publique de New York


À l’occasion des 100 ans de sa naissance, J. D. Salinger fera l’objet d’une exposition rétrospective organisée à la Bibliothèque publique de New York du 18 octobre 2019 au 19 janvier 2020. Intitulée simplement J. D. Salinger, elle présentera un rare aperçu de l’œuvre, mais aussi de la vie de l’auteur à travers des manuscrits bien sûr, mais également des lettres, des photographies et des effets personnels inédits du romancier. 
 

(photo d'illustration, Jöshua Barnett - CC BY 2.0)
 
Organisée par le fils et l’épouse de l’auteur en collaboration avec Declan Kiely, directeur des expositions à la Bibliothèque publique de New York, l’exposition présentera plus de 200 objets de la vie de J. D. Salinger.

« À travers ses lettres, ses photographies et ses biens personnels, cette exposition nous permet de découvrir J. D. Salinger de son enfance à ses vieux jours, révélant ainsi de nombreuses facettes de l’écrivain : ami, père, grand-père, soldat, correspondant, chercheur spirituel et, surtout, lecteur avide et éclectique. Il ne faut pas oublier que, dans sa jeunesse, Salinger a passé de nombreuses heures à lire à la Bibliothèque publique de New York » indique le directeur des expositions. 

Parmi les biens les plus attendus, parce qu’inédits, figure le tapuscrit original de The Catcher in the Rye (L’Attrape-cœurs en français, traduit par Jean-Baptiste Rossi chez Robert Laffont en 1953) ainsi que les brouillons dactylographiés à l’origine de certaines de ses œuvres comme Franny and Zooey (Franny et Zooey paru en France en 1962 sous la traduction de Bernard Willerval, toujours chez Robert Laffont). 

L’exposition présente également un portrait original dessiné au crayon par E. Michael Mitchell, un des rares amis de l’auteur, mais aussi réalisateur de la couverture originale de L’Attrape-cœurs de 1951 ; des photos inédites de la famille, mais aussi de son service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale ; des correspondances entre amis, compagnons de guerre, ou collègues auteurs.

On compte aussi un aperçu de sa bibliothèque personnelle, des objets de son enfance comme un bol qu’il avait fabriqué à l’âge de 10 ans lors d’un camp d’été, ses cahiers, ses passeports, sa montre ou encore ses lunettes. L’exposition comprend également une des deux machines à écrire de l’auteur et son projecteur de film.

« Des générations de lecteurs, et moi le premier, sont fascinés par l’œuvre de J.D. Salinger. Son travail a bouleversé des vies », a déclaré Anthony W. Marx, président de la Bibliothèque publique de New York. « En tant qu’institution qui respecte profondément le patrimoine culturel littéraire et qui œuvre chaque jour à éveiller chez ses visiteurs un amour continu de la lecture […] nous sommes enthousiastes et honorés de présenter ce regard unique sur la vie d’un écrivain qui compte tellement pour beaucoup de personnes. Nous remercions Matt Salinger d’avoir partagé une partie de l’histoire importante de son père. »
« Lorsque la maison d’édition de mon père Little, Brown and Company m’a proposé pour la première fois quelques projets autour du centenaire de sa naissance, je me suis tout de suite dit qu’il n’aurait jamais aimé une telle attention » affirme à son tour Matt Salinger fils de l’auteur. Une initiative de la part de son ayant droit qui fait d’ailleurs écho à une autre de ces récentes décisions. Pour rappel, Matt Salinger avait décidé de faire basculer les œuvres de son père en format numérique, alors même de J.D. Salinger s’y était farouchement opposé. 
 
« C’était un homme très connu qui partageait son travail avec des millions de personnes, mais sa vie et ses pensées avec moins d’une poignée de personnes. Mais j’ai appris que, même s’il n’a eu que deux enfants, il existe un très grand nombre de lecteurs qui entretiennent avec lui des relations plutôt profondes par son travail, et qui souhaitent depuis longtemps avoir la possibilité de le connaître un peu mieux. En bref, bien que je respecte sa vie privée, j’ai aussi compris l’intérêt de partager un aperçu direct de sa vie avec les lecteurs qui le souhaitent ».

Via Infodocket 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.