medias

J.K Rowling revient sur la polémique et révèle avoir été victime de violences conjugales

Gariépy Raphaël - 11.06.2020

Culture, Arts et Lettres - - J.K Rowling polémique - violences conjugales - twitter presse


Après avoir enflammé Twitter et defrayé la chronique avec une série de messages jugés transphobes JK Rowling est de nouveau sous le feu des projecteurs. L’auteure britannique a publié hier sur son blog un long texte où elle révèle avoir été victime de violences conjugales et d’agression sexuelle. 
 

 
« Ce n’est pas un texte facile à écrire, pour des raisons qui deviendront bientôt claires, mais je sais qu’il est temps de m’expliquer sur un problème entouré de toxicité. J’écris ceci sans aucun désir d’ajouter de la colère ou de la haine. » Ainsi commence le long texte publié par Rowling sur son blog mercredi dernier. L’auteure s’explique et revient dans le détail sur les polémiques qui ont entaché son image et provoqué une déferlante de haine sur les réseaux sociaux. 

En plein exercice d’introspection J.K.Rowling met en perspective son premier mariage violent pour expliquer ses propos d’aujourd’hui : « Je suis sous les projecteurs depuis plus de vingt ans maintenant, et je n’ai jamais parlé publiquement du fait d’avoir moi-même survécu à des violences conjugales et des agressions sexuelles » écrit-elle, « Ce n’est pas parce que j’ai honte que ces choses me soient arrivées, mais parce qu’il est traumatisant de revenir dessus et de se souvenir. Je suis aussi soucieuse de protéger ma fille issue de mon premier mariage. »

Si elle répète à de nombreuses reprises soutenir les personnes trans, l’auteure maintient qu’une partie du transactivisme invisibilise l’expérience des femmes et notamment en ce qui concerne les agressions sexuelles.
 

Un feuilleton à rebondissement 


La relation de l’auteur avec son public s’est fortement dégradée ces dernières années et ses prises de position politiques sur le transactivisme déchainent les passions.

En décembre, Rowling s’était déjà attiré la foudre des internautes après avoir adressé un tweet de soutien à Maya Forstater, qui avait perdu son emploi après avoir tenu des propos jugés transphobes. Enfin le 6 juin dernier, la romancière a laissé entendre à travers un tweet que seules les femmes pouvaient être menstruées. Elle y partageait un article parlant des « personnes qui ont leurs règles », en commentant ironiquement : « Je suis sûre qu’on devait avoir un mot pour ces gens. Que quelqu’un m’aide. Feum ? Famme ? Feemm? ».
Ce texte qui ne se veut pas polémique, mais explicatif revient sur sa relation plus que tendue avec les internautes autour de ces sujets « je savais parfaitement ce qui allait se passer lorsque je soutiendrais Maya. J’avais été “cancel” pour la quatrième ou cinquième fois avant cela ». 
 

La bataille pour Poudlard 


Avec Harry Potter, Rowling a créé un monde qui a fait rêver des millions d’enfants et d’adolescents et qui a participé à façonner leur vision du monde. Beaucoup de lecteurs, aujourd’hui déçus par l’auteure, voient l’univers de leur enfance disparaître sous les polémiques. 

Pour sauver l’héritage du sorcier à lunettes, Daniel Radcliffe s’était déjà exprimé à ce sujet dans une tribune publiée sur le site de The Trevor Project, une association américaine qui lutte contre le suicide chez les jeunes LGBT+.   « À toutes les personnes qui pensent maintenant que leur expérience des livres a été ternie ou amoindrie. J’espère vraiment que vous ne perdrez pas entièrement ce qui vous a été précieux dans ces histoires. »

Ce mercredi, c’est au tour d’Emma Watson, actrice, mais aussi ambassadrice pour l’ONU, de prendre position.  
« Les personnes trans sont ce qu’elles disent être et méritent de vivre leur vie sans être constamment interrogées ou dire qu’elles ne sont pas ce qu’elles prétendent être », affirme-t-elle.
 


L’interprète d’Hermionne Granger a également annoncé publiquement qu’elle avait fait des dons à Mermaids UK et à Mama Cash, deux organisations qui défendent les droits des personnes trans.


Commentaires
Ben, c'était archiconnu depuis longtemps, qu'elle avait été victime de violences conjugales. C'est la première chose que m'a dite d'elle un de ses lecteurs, il y a de nombreuses années. C'est malheureux mais ça fait partie de sa success story. Mais pourquoi elle s'en prend aux transgenres, elle qui signe certains de ses romans d'un nom d'homme, ça elle ne le dit pas.
« La relation de l’auteur avec son public s’est fortement dégradée ces dernières années et ses prises de position politiques sur le transactivisme déchainent les passions.



En décembre, Rowling s’était déjà attiré la foudre des internautes après avoir adressé ... »



Un mensonge, même répété mille fois, reste un mensonge. JK Rowling ne s'est pas attiré les foudres des internautes et de ses fans, mais seulement de la communauté LGBT qui fait régner la terreur dans les médias avec leur vision tyrannique du genre...

Les fans se foutent de ce genre de propos sortis du contexte pour créer la polémique et faire parler du genre, voire imposer des nouvelles règles politiquement correctes.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.