Jacks Thomas, LBF : “Nous voulons accroître les échanges de droits à la Foire”

Antoine Oury - 12.04.2018

Culture, Arts et Lettres - Salons - Jacks Thomas - foire londres Jacks Thomas - droits foire londres


La Foire du Livre de Londres se termine ce jeudi 12 avril, après trois jours de rencontres et d'échanges professionnels. Si la vente de droits de traduction fait toujours partie des activités principales de la manifestation, la Foire a entamé depuis plusieurs années un travail autour de l'exploitation crossmédia des oeuvres, autrement dit leur exploitation dans de multiples formes. Bilan avec Jacks Thomas, directrice de la Foire du Livre de Londres.


London Book Fair 2018
Jacks Thomas, directrice de la Foire du Livre de Londres
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

ActuaLitté : Comment imaginez-vous l'avenir des foires du livre ? Le livre, imprimé ou non, va-t-il cohabiter avec d'autres industries ?


Jacks Thomas : Ces cinq dernières années, à la Foire du Livre de Londres, nous avons essayé de rendre compte du fait que raconter des histoires et transmettre le savoir ont été transformés par la révolution ou l'évolution numérique. Cette dernière a rendu les échanges plus simples, mais a aussi été à l'origine d'un regain de créativité dans le secteur du livre. Nous savons que le livre ne va pas disparaître, que les ventes de l'imprimé sont stables et que la population en général aime toujours les livres dans leur format traditionnel. Mais les gens aiment aussi expérimenter, et c'est devenu plus facile que jamais. Tout cela pour dire que je suis persuadée que de nouveaux médias vont prendre une place de plus en plus importante dans les foires du livre.

Aujourd'hui, dans la zone jeunesse, nous accueillons un échange de droits avec 60 tables de rendez-vous qui ont toutes été vendues à des producteurs pour le cinéma et la télévision. L'espace crossmedia, quant à lui, accueille chaque année des créateurs d'applications et de jeux vidéo. Et n'oublions pas le marché de l'éducation et de la pédagogie, qui accueillent un grand nombre d'innovations autour de l'apprentissage. Les éditeur s'adaptent sans cesse.
 

Le « crossmedia » est placé au centre de la stratégie de la Foire de Londres : cette approche est-elle devenue indissociable de l'événement ?


Jacks Thomas : Nous avons encore du chemin à parcourir sur le plan du crossmedia, car il y a énormément d'activités autour d'une édition plus traditionnelle. Toutefois, je pense que les échanges commerciaux entre les formats et entre les différentes zones géographiques sont de plus en plus importants d'année en année.
 

D'où viennent les visiteurs de la Foire ? Quelle évolution observez-vous ?


Jacks Thomas : La Foire du Livre de Londres a toujours connu une certaine régularité au niveau de sa fréquentation, autour de 25.000 personnes par an, ce qui peut paraître peu pour une foire, mais rappelons qu'elle est uniquement professionnelle. 135 pays sont représentés cette année, contre 131 l'année passée : nous accueillons 6 nouveaux pays, dont la Catalogne, le Kazahkstan ou le Pays de Galles. Enfin, 40 % de nos visiteurs viennent du Royaume-Uni, contre 60 % du reste du monde. L'année dernière a été très porteuse pour les visiteurs chinois, et leur venue à la Foire de Londres depuis plusieurs années est désormais une habitude, avec une présence croissante : un grand nombre d'éditeurs chinois mènent des projects multimédia, car ils se sont rapidement adaptés à l'ère numérique, mais ils viennent avant tout ici pour des livres.
 

La Foire du Livre de Londres souhaite-t-elle améliorer ses perspectives en matière d'échanges de droits, pour les éditeurs ? 


Jacks Thomas : Nous voulons, définitivement, accroître encore ces échanges de droits à la Foire. L'International Rights Center accueille 500 espaces de négociation, tous occupés, mais l'espace crossmedia et l'espace jeunesse ont aussi leurs tables de négociation. Et les stands des éditeurs eux-mêmes sont des espaces de vente de droits, tout comme cet endroit où nous faisons cette interview. Nous continuons de proposer de nouveaux moyens, pour les chargés de droits, de rencontrer et d'échanger. Et, si l'on combine tous nos espaces de négociation, nous sommes devant la Foire de Francfort. Mais l'objectif n'est pas d'être devant tel ou tel, mais que toutes les Foires soient couronnées de succès, car cela servira le succès de l'édition dans le monde.

London Book Fair 2018
L'international rights center de la Foire du Livre de Londres
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 
 

L'édition, à l'international, a été touchée par le mouvement #MeToo. En tant que directrice de foire du livre, quel regard portez-vous sur ce mouvement et ces conséquences ?


Jacks Thomas : L'édition n'est pas différente des autres industries, ni même de la société : elle reflète ce qu'il se passe dans la société. En tant que femme d'un certain âge, je peux dire aujourd'hui que je ne veux pas qu'une partie de ma vie professionnelle soit semblable à ce que ma fille vivra au cours de sa propre carrière. 

Cette année, au Royaume-Uni, nous célébrons le droit de vote des femmes : nous avons voulu le faire à la Foire à travers la littérature, en sélectionnant les auteures qui ont compté au cours des dernières décennies - un choix très difficile vu le nombre de femmes incroyables. Le programme de la London Book & Screen Week, la partie tournée vers le grand public de la Foire, reflète aussi cette attention particulière. Je pense que nous devons sans cesse rester vigilants pour rendre la vie meilleure, pour tous. Quand nous définissons les programmes de la Foire, nous nous attachons à un équilibre : cette année, nous avons fait un écart en faveur de femmes, alors nous devrons nous rattraper l'an prochain pour les hommes.
 

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.