Jacques Audiard signe un court-métrage pour lutter contre les violences conjugales

Clément Solym - 09.06.2009

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Audiard - court - métrage


En 2006, une première campagne avait été lancée dans le but de faire tomber le tabou des violences conjugales. Après quelques images violentes, la femme du court-métrage se retrouvait dans la tombe. Il s’agissait d’être alarmiste de façon à pousser les victimes à appeler le 3919 (numéro dédiés aux femmes victimes de violences conjugales) avant qu’il ne soit trop tard.

Jacques Audiard a souhaité proposé un tout autre traitement du problème. Son court-métrage vient davantage pointer les violences verbales, plus insidieuses. On y retrouve une femme qui semble poursuivie par une voix qui la dévalorise.

Cette petite séquence d’une trentaine de secondes sera visible sur l’ensemble des chaînes de la TNT. D’après les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance, la première campagne de 2006 avait déjà contribué fortement à des dépôts de plaintes. Depuis 2004, on note une augmentation de 31 % des plaintes pour violences volontaires au sein d’un couple.