“Je viens libérer le Ritz” : la légende d'Hemingway entrant dans Paris

Heulard Mégane - 12.08.2019

Culture, Arts et Lettres - - Ernest Hemingway - Hemingway Ritz - Hemingway libération du ritz


Le célèbre palace parisien, le Ritz, fondé en 1889, était l’un des lieux de prédilection du « Papa » de la littérature, Ernest Hemingway. Après avoir participé au débarquement du 6 juin, l’écrivain qui était journaliste de guerre lors de la Seconde Guerre mondiale entreprit d’« être le premier Américain à Paris et libérer le Ritz ». Près de 75 ans plus tard, la légende de la libération de l'endroit est toujours contée. 
 
Anne & Saturnino Miranda de Pixabay 


Le prix Nobel de littérature de 1954 ne cachait pas son attachement à la Ville lumière, à l’image de son célèbre récit autobiographique, Paris est une fête, publié de manière posthume en 1964 aux États-Unis et la même année en France (Gallimard, trad. Marc Saporta).

Il a fait du Ritz son point de ralliement, à Paris. Alors lorsqu’en juin 1940, les nazis avaient réquisitionné le lieu pour les dignitaires allemands, dont Goering et Goebbels, l’écrivain s’était donné pour mission de le libérer. 
 
Il est alors correspondant de guerre pour le magazine Collier’s, attaché au 22e régiment d’infanterie de la 4e division américaine en tant que civil. Mi-août 1944, il se trouve à Rambouillet, aux côtés des troupes alliées. Hemingway réussit à obtenir un rendez-vous avec le général Leclerc, commandant de la 2e division blindée française qui marchera sur Paris, pour lui demander des hommes afin de libérer le Ritz. 

Il est éconduit. Mais le 25 du même mois, accompagné de quelques résistants, il rejoint la place Vendôme où se trouve le palace, et déclare en rentrant : « Où sont les Allemands ? Je viens libérer le Ritz ». Chose à quoi, Claude Auzello, le directeur de l’hôtel, lui répond, rappelle l'AFP: « Monsieur, ils sont partis depuis très longtemps. Et je ne peux pas vous laisser entrer avec une arme. »

L’écrivain n’a pas conté cet évènement dans les articles pour le Collier’s, mais l’année dernière, le magazine littéraire américain The Strand avait exhumé un texte inédit de l’auteur A Room on the Garden Side, écrit en 1956. Il raconte la Libération de Paris vue d’une chambre du palace. 
 

Depuis 1994, on peut trouver au Ritz, le bar Hemingway, en hommage à l’écrivain, ainsi qu’une statue de bronze à son effigie. Sans rancune...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.