Jean-Christophe Rufin : le livre de poche, “un certain art de vivre et de lire”

Nicolas Gary - 08.07.2019

Culture, Arts et Lettres - Salons - Jean-Christophe Rufin - lire poche - festival livre poche


Cette année, Jean-Christophe Rufin sera le parrain de la manifestation Lire en Poche, dont la 15e édition se déroulera comme toujours au Parc de Mandavit, à Gradignan (Gironde). Et il ne viendra pas seul : le parrain de la manifestation dispose de deux cartes blanches, des atouts à jouer pour des tables rondes, autour du thème de son choix.



©F. MANTOVANI/GALLIMARD
 
 

Écrivain, médecin et diplomate, Jean-Christophe Rufin est membre de l’Académie française. Engagé dans l’humanitaire à « Médecins sans frontières », il a mené de nombreuses missions en Afrique, en Amérique latine, dans les Balkans en Europe, avant de devenir président d’« Action contre la faim » dont il est resté président d’honneur.
 

Il viendra évidemment pour rencontrer ses lecteurs autour des ouvrages déjà publiés, Les Causes perdues, prix Interallié 1999, Rouge Brésil, prix Goncourt 2001, Globalia en 2006, Le Collier rouge en 2016 qui a été porté à l’écran. Mais on retrouvera également, Les trois femmes du Consul (Flammarion) qui sort ce 9 octobre et Les Sept Mariages d’Edgar et Ludmilla (Gallimard), paru en mars. 


Pour l’occasion, le parrain livre un texte personnel, revenant sur son propre parcours et son lien au format poche.

 

Lorsque mon premier roman, intitulé L’Abyssin a été accepté par les éditions Gallimard, je me souviens d’avoir ressenti une émotion particulière : j’étais heureux d’être publié sous la célèbre couverture blanche de la NRF mais ma plus grande fierté était surtout de savoir que mon livre paraîtrait peut-être en poche dans la collection Folio. Et aujourd’hui, vingt ans plus tard, ce même roman continue sa carrière sous cette prestigieuse couverture.

Être publié, c’est une satisfaction immédiate. Être publié en poche, c’est connaître un autre plaisir : celui de la durée. C’est aussi élargir son public à tous ceux que le prix du livre grand format pénalise : les jeunes, les Français de l’étranger, les francophones vivant dans des pays moins développés.

Mais Lire en Poche n’est pas nécessairement un choix par défaut. Il y a une esthétique du poche, à laquelle je suis personnellement sensible. On peut même dire que le livre en format de poche participe d’un certain art de vivre et de lire. On transporte plus volontiers le livre de poche avec soi que le grand format. On lui montre moins d’égard ; on lui fait prendre plus de risques.

Dans les librairies ou les salons du livre, il m’est arrivé de signer des poches rescapés de grandes aventures. Je me souviens de ce volume tout gondolé qui était tombé dans le Nil et avait séché au soleil sur le pont d’un bateau. Ou ce Collier rouge dont la couverture avait été dévorée par un chien. L’animal était présent à la rencontre. Il baissait le museau, un peu honteux de son forfait. Pour montrer qu’il était pardonné, c’est à lui que son maître m’a demandé de dédicacer le livre.


Lire en Poche se déroulera du 11 au 13 octobre. ActuaLitté sera partenaire de la manifestation.


Dossier : Retrouver chaque semaine la sélection Plein les poches, lectures et livres à petits prix


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.