Jean-Luc Martinez prend la tête du Louvre

Xavier S. Thomann - 03.04.2013

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Louvre - Directeur - Jean-Luc Martinez


Le choix de président de la République a tranché en faveur de Jean-Luc Martinez pour assurer la direction du musée mondialement connu. Un choix sous le signe de la continuité et de la stabilité, puisque M. Martinez est un ancien de la maison, il est au Louvre depuis 1997. 

 

 

Louvre

StephenCarlile, CC BY-ND 2.0

 

 

Cet agrégé d'histoire, spécialiste de l'Antiquité, a été préféré à Sylvie Ramond (directrice du Musée des beaux-arts de Lyon) et à Laurent Le Bon (du centre Pompidou-Metz). Il succède ainsi à Henri Loyrette, qui n'a pas souhaité briguer un nouveau mandat et dont celui-ci prendra fin le 14 avril prochain. 

 

François Hollande a fait son choix sur proposition de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti. Cette dernière s'exprimait sur le sujet dans le numéro du Figaro daté du 2 avril. À propos des différents candidats, elle évoquait des « personnalités très différentes, mais d'égale valeur », ajoutant que la décision devait être prise avant le 10 avril au plus tard. 

 

Alors que certains spéculaient sur la nomination d'une femme à la tête du musée, la ministre souhaitant « féminiser les élites. » Cela n'aura donc pas été le cas cette fois-ci. Il est vrai qu'Aurélie Filippetti s'était empressée d'ajouter : « Il ne s'agit pas d'imposer une femme à tout prix ».

 

Ce d'autant plus que Jean-Luc Martinez semble particulièrement adapté au poste. Cet originaire de Seine-Saint-Denis est passé par l'enseignement avant de faire un tour du côté de l'école française d'Athènes. Il poursuit sa carrière en enseignant l'histoire de l'art, avant, en 1997, de devenir conservateur. Au Louvre, il assure alors le poste de responsable des collections de sculptures grecques. En 2007, il devient directeur du département des antiquités grecques, étrusques et romaines. 

 

Les mauvaises langues parleront d'un choix conservateur. En effet, Laurent Le Bon est un spécialiste d'art moderne (voire contemporain) et Sylvie Ramond est elle aussi une moderniste. Henri Loyrette quant à lui quittera le Louvre après une direction de 12 années. Il devrait siéger désormais au Conseil d'État. 

 

L'une des premières questions qui sera posée au nouveau patron concernera très probablement la librairie du Louvre, dont le déplacement inquiète particulièrement les éditeurs d'arts et de Beaux Livres.