Joseph Ponthus lauréat du Prix Eugène Dabit du roman populiste 2019

Antoine Oury - 22.11.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix Eugene Dabit - Joseph Ponthus livre - a la ligne livre


Le jury du prix Eugène Dabit du roman populiste a désigné ce 21 novembre son lauréat 2019 en la personne de Joseph Ponthus, salué pour son premier roman, À la ligne, feuillets d’usine, publié par La Table Ronde. Le livre s'est distingué à l'occasion du deuxième tour des votes du jury.
 


Les livres de Justine Bo (Onanisme, Grasset), Marin Fouqué (77, Actes Sud), Abdellah Taïa (La Vie lente, Seuil) et Hervé Le Corre (À l’ombre du brasier, Payot et Rivages) faisaient eux aussi partie de la dernière sélection du jury, et la concurrence a été rude. Le roman d'Hervé Le Corre a « tout spécialement enthousiasmé de nombreux jurés par l’ampleur, le réalisme, et l’incroyable richesse de son style, par ses couleurs et la puissance de l’évocation du peuple des communards ».

« Joseph Ponthus réussit le pari étonnant de mêler poésie et réalisme pour décrire dans le même chant syncopé à la fois la dureté de la condition ouvrière sur les lignes de production de l’usine et l’intimité du rêve qui libère l’homme de sa chaîne. Un texte unique, envoûtant, au lyrisme perturbant dans le meilleur sens du terme puisqu’au lieu de magnifier la souffrance, il la chante en démontant les mécaniques de l’asservissement, il libère les corps et la pensée, il ouvre les portes de l’action », indique le jury à propos du roman du lauréat.

Le résumé de l'éditeur pour À la ligne, feuillets d'usine :
 

C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer.

 
La cérémonie de remise du prix est, cette année, parrainée par Patrick Poivre d'Arvor. Elle aura lieu le vendredi 13 décembre, à 18h, à l’Hôtel du Nord. À cette occasion, Joseph Ponthus recevra aussi sa dotation de 2000 €.

Joseph Ponthus - À la ligne ; feuillets d'usine - La Table ronde - 9782710389668 - 18 €

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Table Ronde
Genre : littérature
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782710389668

À la ligne ; feuillets d'usine

de Ponthus, Joseph

A la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. Il raconte l'histoire d'un narrateur lettré devenu ouvrier intérimaire qui doit embaucher dans les usines de poissons et les abattoirs de Bretagne.A la ligne est surtout un chant, une manière d'épopée.Par la magie d'une écriture simple et somptueuse, tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient ici une Odyssée avec un Ulysse qui combat des tonnes de bulots cyclopéens ou des car- casses de boeufs promises à l'équarrissage.On est saisi d'emblée, à la lecture de cette prose scandée, de ces versets hypnotiques, par cette voix d'homme qui est capable de raconter avec une infinie précision les gestes du travail, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps épuisé. Mais il sait le faire, tou- jours, en multipliant les registres, tour à tour avec co- lère, humour, rage et amour.

J'achète ce livre grand format à 18.00 €