Jürgen Becker, lauréat du plus prestigieux prix littéraire allemand

Louis Mallié - 30.05.2014

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Jürgen Becker - Georg-Büchner Preis - Poésie


L'Académie allemande de langue et de poésie a annoncé aujourd'hui avoir décerné le Georg-Büchner Preis, plus prestigieux littéraire du monde germanophone,au poète allemand Jürgen Becker. Auteur éclectique en marge des codes littéraires, Jürgen s'est avoué -  non sans humour - agréablement surpris. 

 

 

Jürgen Becker en 2009, CC BY-SA 3.0 

 

« Pendant des décennies, il a arpenté et redessiné la frontière entre poésie et prose. Ses poèmes se nourrissent d'une ouverture au monde pleine de sensibilité, de sensualité et de curiosité, ainsi que d'un style plein de discrétion », a déclaré l'académie, soulignant que le poète constituait « une voix prépondérante de la poésie contemporaine, son oeuvre a influencé de façon décisive la poésie germanophone sur plusieurs générations ».

 

 « Je ne l'avais ni prévu, ni attendu… Je sais que c'est un prix très important… Cela vaut la peine de vivre vieux  », a plaisanté Jürgen Becker, âgé de 81 ans. Celui-ci est pourtant loin d'en être à son premier prix littéraire. En tant que parolier, et auteur radiophonique, il a déjà remporté le prix Peter Huchel en 1994, Uwe Johnson (2001), Hermann Lenz (2006), et Gunter Eich l'an dernier !

 

Né à Cologne en 1932, Jürgen Becker avait d'abord acquis la réputation d'auteur expérimental, rompant avec les codes littéraires traditionnels dans ses premiers ouvrages Champs (1964), Environ (1970) et Marges (1968). Il s'est par la suité essayé à de nombreuses formes littéraires telles que le récit (La porte vers la mer, 1983), le théâtre (Après Harrimann, 1973), les pièces radiophoniques (Récit en bruitage, 1971), n'hésitant pas à sortir du champ de la littérature pour s'essayer à la photographie (Un temps sans parole, 1971).

 

 Le poète ira donc chercher son prix le 25 octobre prochain à Darmstadt, au cours d'une cérémonie où lui sera également décernée la somme de 50 000 euros. Fondé en 1951, le prix Georg-Büchner récompense les écrivains ayant apporté une contribution à la langue allemande et la culture germanophone. Il tire son nom du dramaturge, révolutionnaire et médecin allemand Georg Büchner, décédé à l'âge de 23 ans le 19 février 1837 en exil à Zurich et auteur de La mort de Danton et Woyzeck.

 

Le prix a la réputation d'être un bon indicateur pour les potentiels prix Nobel : nombreux sont ses lauréats ont ensuite décroché le prix Suédois : parmi eux les derniers en date Elias Canetti en 1981, Günter Grass en 1999, ou plus récemment, Elfriede  Jelinek en 2004. Affaire à suivre ?