Kaouther Adimi lauréate du Renaudot des Lycéens 2017

Béatrice Courau - 14.11.2017

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - renaudot lyceens 2017 - prix kaouther Adimi - adimi richesses prix


Les lycéens qui délibéraient (en direct sur YouTube) ont tranché : c'est Kaouther Adimi, qui signe cette rentrée le splendide et singulier Nos richesses aux éditions du Seuil, qui remporte le Prix Renaudot des Lycéens 2017.




 


La nouvelle réjouira tous ceux qui, libraires, éditeurs, libraires, lecteurs, gens de lettres et de romans auront plongé dans le texte mélancolique et inquiet de Kaouther Adimi cet automne. Nous vous en parlions dès le début de l'été. Si ce n'est déjà fait, faites confiance à cet aréopage de 400 lycéens des 14 établissements des académies de Poitiers, Nantes et Limoges. Et allez faire un tour sur leur chaîne qui diffusait les débats en direct ce matin, c'est absolument passionnant de pertinence, de conviction et d'intellligence.

 

 

Les fondamentaux du dimanche : La mort de la phalène - Virginia Woolf - 1943 (Publié en français par Charlot en 1946... Charlot, dont la vie est le coeur du magnifique "Nos richesses" de Kaouther Adimi, publié au Seuil cette rentrée) @actualitte @editionspoints #lecture #instalivre #book #bookstagram #livre #bookaddict #patrimoinemondial #titiroots #libraireforever #revequejeteleprete #gniarfffff « Cette énergie qui animait les corbeaux, les laboureurs, les chevaux et même, semblait-il, les maigres collines aux arêtes dénudées, faisait voleter la phalène de part et d’autre de son carré de vitre. On ne pouvait s’empêcher de l’observer. On avait, en fait, conscience de l’étrange sentiment de pitié qu’elle inspirait. Les possibilités de plaisir semblaient, ce matin-là, si énormes et si variées que le destin de la phalène, et d’une phalène diurne par surcroît, paraissait misérable, et pathétique son ardeur à épuiser les maigres plaisirs qui étaient son lot dans la vie. »

Une publication partagée par Titi_Libraire (@titilibraire) le



Le résumé de l'éditeur pour Nos richesses :

 

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d'accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune. Et à ceux de l'Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.
 

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple.


 

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi vit à Paris. Nos richesses est son troisième roman, après L'Envers des autres (Prix de la vocation, 2011) et Des pierres dans ma poche (Seuil, 2016).


Kaouter Adimi – Nos richesses – Editions du Seuil – 9782021373806 – 17€ / num. 9782021373813 – 11.99€
 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones
 

Les prix de la rentrée littéraire 2017

 

Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires