L'activiste guinéen, Ramon Esono Ebalé reçoit le prix Couilles au Cul

Maxim Simonienko - 01.02.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix couilles au cul - cauchemar obi bd - festival off angoulême


Un prix qui récompense les auteurs qui en ont et qui les portent... Le Festival Off de la Bande Dessinée d’Angoulême a décidé de décerner le 27 janvier 2019 le prix Couilles au Cul à Jamón y Queso, de son vrai nom Ramon Esono Ebalé, pour son oeuvre intitulée Le Cauchemar d’Obi, publiée chez L’Harmattan BD, en octobre 2018.



Créé par Yan Lindingre en 2016, le prix Couilles au Cul récompense les dessinateurs « à la fois talentueux et courageux qui doivent se battre pour continuer de publier » et ceux qui ont le « courage de continuer à rire contre l’obscurantisme ». Les auteurs lauréats sont victimes de censure et d’oppression politique dans leur pays d'origine. Il a, pour son lancement, été décerné à Nadia Khiari pour Willis From Tunis, BD dans laquelle l’auteure met en scène un félin qui s’attaque à la bêtise ambiante.

Cette année, c'est Ramon Esono Ebalé, alias Jamón y Queso, qui s’est démarqué avec sa bande dessinée Le Cauchemar d’Obi. Le dessinateur s'est engagé à démystifier le régime de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, l'homme à la tête de la République de Guinée équatoriale depuis 1979. Il vise à en dénoncer les abus, les inégalités économiques, la corruption des services de police et la censure.

La BD met en scène Obi, le président de la Guinée équatoriale. Un matin en se levant, il se retrouve citoyen lambda de son propre pays. Cependant, dans le pays qu’il a jusque-là gouverné dans la corruption, un citoyen lambda n’a pas d’accès aisé à la nourriture, aux soins médicaux ou même à l’eau potable. Les arrestations arbitraires sont courantes, et même Obi finit par en faire les frais. 
 
Ramon Esono Ebalé n’a pas tenu à garder l’anonymat en ce qui concerne cet album et était conscient que sa publication le mettait en danger. Il a été arrêté en septembre 2017 en sortant d’un restaurant en Guinée équatoriale. Il est enfermé dans la prison de Black Beach, le « Guantanamo guinéen », et y passe près de six mois avant d’être relâché. Soutenu par de nombreuses ONG, il reste néanmoins assigné à résidence même si les charges qui pesaient sur lui ont été levées.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.