L'adaptation de Macbeth interdite en Thaïlande

Clément Solym - 05.04.2012

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Thaïlande - interdiction - MacBeth


L'une des plus célèbres tragédies de Shakespeare n'a manifestement pas l'universalité qu'on lui prêterait volontiers. Macbeth vient d'être interdit en Thaïlande, les autorités estiment impératif de censurer l'adaptation prévue en film, sous prétexte que l'oeuvre menace l'autorité du pays. 

 

C'est un film de la réalisatrice Ing Kanjanavanit qui fait donc scandale dans le pays. Shakespeare Must Die, adaptation en langue thaïe de la pièce, compte désormais parmi les rares films interdits dans le pays. « Il est étonnant qu'ils puissent trouver aussi menaçant un poète mort voilà 400 ans », explique la réalisatrice. Mais atteste, selon elle, que le peuple thaï « vit dans un climat de peur ».

 

Petite mise à jour :

Macbeth et Banquo, généraux de Duncan, roi d'Écosse, de retour d'une campagne victorieuse contre les rebelles, rencontrent dans la lande trois sorcières qui leur font une prophétie : Macbeth deviendra roi, affirment-elles, et Banquo engendrera des rois... Poussé par Lady Macbeth et désireux d'accéder au trône, Macbeth entreprend d'assassiner Duncan - premier crime d'une longue série. 

 

 

Macbeth, en librairie

De quoi inquiéter la royauté thaïe, donc ? Ou sont-ce les thématiques de la cupidité et du pouvoir qui auraient agacé les autorités locales ?

 

Surtout que, par mesure fictionnelle, l'adaptation se déroule dans un pays imaginaire... mais puise dans des images d'information de protestations politiques thaïlandaises. 

 

Qui plus est, la couleur rouge est extrêmement présente. Dans le texte de Shakespeare, c'est une couleur forte, mais dans la vie thaïlandaise, elle fut utilisée par les manifestants antigouvernementaux, contre le premier ministre Thaksin Shinawatra, en 2006. Des manifestations qui avaient engendré une forte répression, et entraîné la mort de 91 personnes. 

 

Le Conseil thaï « estime que le film Shakespeare Must Die possède un contenu qui provoque une division dans le peuple, conformément aux considérations ministérielles. Par conséquent, notre décision est de refuser l'autorisation de diffusion. » Le film ne sera donc pas proposé dans le royaume.La réalisatrice a décidé de faire appel de cette décision.

 

La réaction des autorités en dit toutefois long sur le pays, son gouvernement et la tendance actuelle. « Nous ne voulons pas regarder en arrière. Nous voulons oublier les événements de notre histoire », conclut la réalisatrice. De quoi se demander si la modernité de Shakespeare n'a pas quelque chose d'universellement... dérangeant.

La littérature thaïe est très influencée par la littérature indienne. Jusqu'au 19e siècle, seuls les rois et les nobles y avaient accès, ainsi que les prélats bouddhistes. Les rois s'entouraient de poètes et d'écrivains, et les thèmes étaient surtout basés sur l'amour, l'amour de la patrie, la famille, la religion. Il ne fallait surtout pas aborder les différences sociales ou les conditions économiques du pays.
Puis, au cours des siècles, avec les changements politiques dus à l'avènement des progrès technologiques, à la modernité, et les réformes successives dans le pays avec l'influence occidentale, est apparu un noyau d'écrivains dits progressistes. (voir notre dossier La littérature thaïlandaise)

 

 

Retrouver MacBeth, en téléchargement gratuit 

 

La bande-annonce du film