L'arme de service de l'officier Tolkien s'expose à Manchester

Julien Helmlinger - 13.12.2013

Culture, Arts et Lettres - Expositions - Tolkien - Arme - Première Guerre mondiale


En marge de la sortie en salles du second opus du Hobbit, par Peter Jackson, un revolver ayant appartenu à l'écrivain JRR Tolkien au cours de la Grande Guerre, s'expose au sein de l'Imperial War Museum North de Manchester. Il s'agit d'un Webley Mk VI, modèle réglementaire des militaires britanniques au début du conflit. A l'aube de la commémoration du centenaire de celle qui aurait dû être la Der des Ders, l'occasion se prête à revenir sur l'influence qu'a pu avoir sa vie de soldat sur les oeuvres majeures de l'écrivain culte de la fantasy. 

 

 

 

 

Courant 1916, initialement engagé en tant que sous-lieutenant au sein des fusiliers du Lancashire, celui qui écrivait déjà des poèmes allait bientôt rejoindre la France où les combats faisaient rage et où il perdrait trois de ses amis les plus proches. Il a notamment eu l'occasion de servir comme officier de transmission au cours de la Bataille de la Somme, ou de participer à la bataille de la crête de Thiepval.

 

Mais dès le 8 novembre, l'officier a été rapatrié en urgence dans un hôpital de Birmingham, atteint de la fièvre des tranchées qui s'attrapait par les poux, des bestioles qui affectionnaient l'atmosphère de ces fosses dans lesquelles les Poilus se mettaient à couvert. Pendant cette hospitalisation, l'écrivain aurait aurait mis son temps à profit pour plancher sur Le seigneur des anneaux, ainsi que Bilbo le Hobbit.

 

Les traumatismes de la Première Guerre mondiale semblent bien présents en ces oeuvres, transposées dans le contexte médiéval de sa passion littéraire. On y suit notamment les cheminements d'innocents Hobbits confrontés aux horreurs de la guerre, à renfort de proches qui disparaissent et autres cadavres fantomatiques qui s'ammoncellent dans le Marais des Morts. 

 

Selon John Garth, biographe de Tolkien, l'écrivain confiait d'ailleurs que Sam, le fidèle compagnon de Frodon dans le Seigneur des anneaux, n'était autre qu'une personnification des soldats britanniques que l'officier avait pu admirer sur le front français. 

 

Le revolver a été conservé par la famille de l'écrivain jusqu'en 1996, où à la suite du massacre de l'école de Dunblane, ayant conduit aux décès de 16 enfants et un adulte, elle choisit de confier la pièce historique au musée. On ne sait pas si elle a servit au combat.

 

A partir de l'année prochaine, l'Imperial War Museum prévoit quatre ans de programmes visant à commémorer le centenaire de la guerre de 14-18.

 


<

>