L'auteure libanaise Hoda Barakat remporte le Prix international de la fiction arabe

Antoine Oury - 24.04.2019

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Hoda Barakat - International Prize Arabic Fiction - prix litteraire livre arabe


L'auteure libanaise Hoda Barakat a reçu le 12e Prix international de la fiction arabe (International Prize for Arabic Fiction en version originale), devenant ainsi la deuxième lauréate de l'histoire de la récompense, une des plus importantes du monde littéraire arabe. Le nom de la gagnante a été annoncé à la foire internationale du livre d'Abou Dabi.




L'auteure libanaise Hoda Barakat a remporté les suffrages du jury du Prix international de la fiction arabe avec son roman The Night Mail, publié par l'éditeur Dar al-Adab. Née à Beyrouth en 1952, professeure puis journaliste, Hoda Barakat vit en France, à Paris, depuis 1989.

Auteure de 6 romans, elle a également signé des pièces de théâtre et un récit autobiographique. Son œuvre est célébrée dans le monde arabe et en France : elle a reçu le Prix Naguib Mahfouz pour l'ensemble de son œuvre en 2000, mais a aussi été nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2002 et Chevalier de l’Ordre du Mérite National en 2008.

En France, The Night Mail a été publié par Actes Sud, l'éditeur de Barakat, dans une traduction de Philippe Vigreux sous le titre Courrier de nuit.

Le résumé de l'éditeur pour Courrier de nuit :
 

Un réfugié sans-papiers hébergé par une femme charitable avoue avoir commis un meurtre dans une lettre qu'il n'enverra jamais. Une femme abandonnée par son amant pour lequel elle a quitté le Liban retrouve la lettre par hasard et se met à écrire à son tour, comme pour conjurer le sort, dans la chambre d'hôtel où elle attend sans trop d'espoir la fin de ses vingt ans d'errance. Jamais postée, oubliée, la lettre se retrouve par hasard entre les mains d'un autre étranger, bourreau du conflit syrien, qui, à son tour, raconte des épisodes scabreux de son passé, mais la lettre tombe entre les mains d'un autre réfugié. Et ainsi de suite, des lettres anonymes sont relayées par d'autres qui n'arriveront jamais à leurs destinataires. En une centaine de pages troublantes de bout en bout, Hoda Barakat campe des personnages, hommes et femmes, en butte à la misère sociale et à leurs propres démons, et pointe l'incommunicabilité humaine dans notre village planétaire, féru de ses moyens de communication.


6 romans étaient encore en lice pour le Prix international de la fiction arabe. Le jury de cette édition réunissait Charafdin Majdolin, Fowziyah AbuKhalid, Zulaikha Aburisha, Zhang HongYi et Latif Zeitouni. Hoda Barakat succède à Ibrahim Nasrallah, lauréat en 2018.

Hoda Barakat - Courrier de nuit - traduit par Philippe Vigreux - Actes Sud - 9782330113711 - 16 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Actes Sud
Genre :
Total pages : 144
Traducteur :
ISBN : 9782330113711

Courrier de nuit

de Hoda Barakat(Auteur) Philippe Vigreux(Traducteur)

Un réfugié sans-papiers hébergé par une femme charitable avoue avoir commis un meurtre dans une lettre qu'il n'enverra jamais. Une femme abandonnée par son amant pour lequel elle a quitté le Liban retrouve la lettre par hasard et se met à écrire à son tour, comme pour conjurer le sort, dans la chambre d'hôtel où elle attend sans trop d'espoir la fin de ses vingt ans d'errance. Jamais postée, oubliée, la lettre se retrouve par hasard entre les mains d'un autre étranger, bourreau du conflit syrien, qui, à son tour, raconte

J'achète ce livre grand format à €