L'Edimburgh Book Festival célèbre le roman graphique

Julien Helmlinger - 24.06.2013

Culture, Arts et Lettres - Salons - Edimbourg - Festival littéraire - Roman graphique


Âmes d'enfants, âgées de 3 à 103 ans, les lecteurs de romans graphiques seront à l'honneur de la trentième édition de l'Edimburgh Book Festival au Charlotte Square, du 10 au 26 août prochains. Sont programmés dans la capitale écossaise, pour cet anniversaire, de multiples événements mettant en scène des auteurs, de la littérature et des idées venus du monde entier. Tandis que se tiendra en parallèle le Festival and Fringe et autres expositions d'art, la ville s'attend à voir sa population doubler pour l'occasion.

 

 

 

 

Parmi les 80 auteurs attendus au Festival, on dénombre Neil Gaiman, mais aussi Grant Morrison, Kieron Gillen ou encore Posy Simmonds, avec en vedettes, la quarantaine de manifestations célébrant le roman graphique comme une forme littéraire à part : du patrimoine historique de la BD aux nouvelles formes de romans graphiques.

 

Pendant que dans la capitale, la remise du 9ème Art Award sera l'occasion de mettre en valeur les productions BD distinguées parmi les publications mondiales de langue anglaise, la mini foire dédiée aux oeuvres graphiques, Stripped, essentiellement organisée au cours du dernier week-end, se focalisera sur les fruits du labeur des artistes indépendants écossais.

 

Comme l'exprime Nick Barley, directeur du Festival international, si la manifestation rassemble cette année quelques uns des plus grands créateurs de la BD, c'est pour accorder à la forme littéraire tous les honneurs qu'elle mérite. Un focus qui tiendra donc une place importante dans le menu des réjouissances.

 

Stripped est un axe soutenu par des fonds publics écossais, via le Expo Fund, qui comme le présente Fiona Hyslop, secrétaire du cabinet de la Culture et des Affaires étrangères local, doit contribuer à « entretenir les conditions dans lesquelles les artistes peuvent se développer et où la culture peut s'épanouir, et d'encourager nos gens à contribuer à, et apprendre l'amour des arts ».