L'Estonie et ses violences aux femmes, pour un Femina 2010

Clément Solym - 03.11.2010

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - oksanen - purge - femina


Avec 415.000 exemplaires vendus dans le monde, 36 pays qui ont acheté les droits - et la Finlande qui en a fait un best-seller - Purge, de Sofi Oksanen, c'est la révélation Fémina étranger.

Si le prix pour le roman français, c'est Patrick Lapeyre qui a été récompensé, la petite Finnoise reçoit à nouveau les suffrages des jurés français du Fémina, après avoir emporté ceux du prix du roman Fanc. En Finlande, cette auteure de 32 ans a également remporté l'équivalent du Goncourt local.

Pour son troisième roman, c'est avec l'Estonie qu'elle évoque les violences faites aux femmes. « Avant, on ne prononçait jamais le mot résistance. On parlait des Frères de la Forêt... Il était impossible d'énoncer clairement ces choses-là. Avec le mot déportation, c'était pareil. Il fallait dire : ceux qui sont partis en Sibérie... », expliquait-elle à l'AFP.


Cette récompense, elle avoue que c'est avant tout un choc, parce que « des gens en France lisaient mon livre ». Et d'annoncer qu'elle travaille déjà à son prochain roman : « C'est sur le passé récent de l'Estonie, mais je ne veux pas en dire plus. Je compte publier mon prochain roman en Finlande en 2012. C'est quelque chose de très nouveau que quelqu'un en dehors d'Estonie écrive sur l'Estonie. Même en Estonie on trouve beaucoup d'ouvrages de mémoires, mais peu de fictions. »

L'éditeur Stock est vraisemblablement en liesse...

En même temps, vraiment, le titre, Purge... donne moyennement envie d'ouvrir le livre.


Neuf ou d'occasion, Purge sur Comparonet